Ligue des Champions : trois raisons pour le PSG de se méfier du Real Madrid

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
C'est le grand retour cette semaine de la Ligue des Champions. Avec un choc d'entrée pour le PSG dans le groupe A qui reçoit mercredi soir le Real Madrid de Zinedine Zidane. L'occasion pour Lionel Rosso et ses chroniqueurs d'Europe 1 Sport de lister les raisons de se méfier du Real Madrid.

Le Paris Saint-Germain retrouve mercredi la Ligue des Champions. Une compétition maudite pour le PSG, qui sort de trois éliminations de suite en huitièmes de finale, dont la dernière face à Manchester United a laissé des traces. A l'heure des retrouvailles avec la plus prestigieuse des coupes d'Europe, la formation de Thomas Tuchel reçoit mercredi le Real Madrid de Zinedine Zidane. Et attention à l’excès de confiance, car comme en mars dernier, l'adversaire du Paris Saint-Germain arrive au Parc des Princes amoindri mais avec beaucoup d'ambitions. Lionel Rosso et ses chroniqueurs ont débattu dimanche soir de la dangerosité du club espagnol. Voici trois raisons de se méfier du Real Madrid.

Un PSG leader, mais loin d'être rassurant dans le jeu

Dans les chiffres, le Paris Saint-Germain a mieux débuté sa saison, avec trois victoires et une défaite en quatre journées de Ligue 1. Le club de la capitale est déjà en tête de son championnat, deux points devant un trio composé de Rennes, Nantes et Marseille. De son côté, le Real a débuté timidement avec deux victoires et deux matches nuls. Les Merengue sont troisièmes de la Liga, à deux points du FC Séville, leader.

Mais dans le jeu, le PSG est loin d'être rassurant, à l'image de sa victoire sur le fil face à Strasbourg. Paris s'en est remis au talent de sa star brésilienne, passée en 90 minutes de banni à sauveur. "Neymar sert à beaucoup de choses au PSG, notamment à occulter ce qu'il se passe en début de saison", commente Grégory Schneider, journaliste à Libération. "Je n'ai jamais vu depuis 2012 l'équipe parisienne dans cet état là. Avant, Paris marchait sur ses adversaires tel un char d'assaut. Maintenant, on dirait une tente sans piquet. Je ne vois pas par quel artifice ils vont s'en sortir."

Entendu sur europe1 :
Face à Strasbourg, hormis le coup d'éclat de Neymar, il n'y avait absolument rien dans le jeu

Même son de cloche pour Ambre Godillon, spécialiste du Paris Saint-Germain pour Yahoo Sport. "Face à Strasbourg, hormis le coup d'éclat de Neymar, il n'y avait absolument rien dans le jeu. En revanche, face à Levante (victoire 3-2), le Real Madrid a fait une magnifique première mi-temps. Benzema était proche du triplé, James Rogriguez a fait un festival. Ils ont failli se faire reprendre parce que leur défense est catastrophique. Sur les quatre derniers matches, ils ont toujours encaissé au moins un but."

Plus d'absents de marque à Paris qu'à Madrid 

La rencontre de mercredi en Ligue des Champions se jouera sans quelques-unes des grandes stars des deux équipes. Le PSG sera privé de Neymar, suspendu trois matches, et de Mbappé, toujours convalescent. Cavani, sur le retour, manquera lui sans doute de rythme. Mais le Real a aussi ses problèmes : Sergio Ramos et Nacho sont suspendus, Modric, Isco et Asensio sont à l'infirmerie. Mais, bonne nouvelle pour Zinedine Zidane, Eden Hazard a pu jouer quelques minutes ce week-end. Et l’entraîneur du Real pourra s'appuyer sur Benzema, Bale ou sur James, en forme depuis la reprise.

Méfiance, donc, pour Ambre Godillon : "Attention, Madrid va venir plein de ses forces. Je ne dis pas que le PSG n'en a pas, mais après Strasbourg, il n'y a pas de quoi être enthousiaste." Pour l'emporter, le PSG devra donc "inventer quelque chose mercredi soir", selon Gregory Schneider. "Au-delà des noms que l'on aligne, collectivement, le Real Madrid a plus de repères."

L'histoire récente en Ligue des Champions plaide pour Madrid

Mais ce qui pourrait faire la différence mercredi soir, c'est le mental, l'aspect psychologique. Le PSG est meurtri par ses désillusions à répétition en Ligue des Champions, subissant remontadas et déconvenues. Javier Prieto Santos, rédacteur en chef à So Foot croit beaucoup "au poids de l'histoire". "Avec la débâcle contre Manchester United, j'ai l'impression qu'ils peuvent être traumatisés. Le Real n'a jamais été traumatisé par la coupe d'Europe, c'est même son médicament. Et de rappeler la dernière confrontation il y a deux saisons entre les deux équipes. "Le Real Madrid a fait un très mauvais match à l'aller, avant de l'emporter sur un but sorti de nulle part, alors que le PSG était en pleine bourre". 

Entendu sur europe1 :
Penser que cette équipe du Real est prenable, c'est le piège dans lequel le PSG ne doit pas tomber

Avantage aussi dans ce domaine au Real Madrid, vainqueur de trois des quatre dernières Ligue des Champions, pour Gregory Schneider. "Sur l'approche de ce genre d’événements, Madrid sait faire mille choses de plus que Paris ne sait pas faire, comme savoir mettre la pression sur l'arbitrage ou savoir s'appuyer sur le public."

Le PSG doit donc s'appuyer sur son expérience pour réussir à battre le Real Madrid mercredi. Et ainsi ne pas reproduire les erreurs du passé. "Penser que cette équipe du Real est prenable, c'est le piège dans lequel le PSG ne doit pas tomber. Les joueurs espagnols ont confiance en eux. Aux Parisiens d'être très lucide. Ils sont outsiders dans ce match", conclut Ambre Godillon.

Retrouvez l'intégralité du débat ci-dessus et tous les autres Grands débats d'Europe 1 Sport ici

 

Europe 1
Par Cédric Chasseur