Nouvelle polémique au sein des Républicains après les déclarations de Guillaume Peltier

, modifié à
  • A
  • A
Guillaume Peltier 1:19
Le vice-président des Républicains, Guillaume Peltier met dans l'embarras son parti. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
C'est de nouveau la tourmente chez Les Républicains. Dimanche, le numéro 2 du parti, Guillaume Peltier, a soutenu publiquement les idées de Robert Ménard, un proche du Rassemblement National. Ce n'est pas la première fois que le vice-président des LR nage à contre-courant des autres cadres de son parti. Mais trois semaines avant les élections régionales, cela inquiète Christian Jacob. 

À moins d'un mois du premier tour des élections régionales, c’est de nouveau la panique chez Les Républicains. Guillaume Peltier s'est attiré les foudres de son camp. Dimanche, le vice-président du parti a pris position en faveur de Robert Ménard, le maire de Béziers soutenu par le Rassemblement National. Au-delà de positions communes, avec l'édile biterrois, le député LR a en outre dit vouloir la création d'une "justice exceptionnelle, sans appel possible" pour les affaires de terrorisme. Ces déclarations ont débouché sur un tweet courroucé de Christian Jacob.

Guillaume Peltier rappelé à l'ordre par plusieurs députés

Le numéro 1 recadre son numéro 2. Christian Jacob n'a pas apprécié l'interview de son vice-président, qui met (notamment) à mal l'état de droit. Guillaume Peltier a demandé "le rétablissement de la Cour de sûreté" en matière de terrorisme. "Au cas par cas, [elle] pourrait placer en rétention de sûreté", le tout sans appel. "Si le Conseil constitutionnel s'y oppose, nous pourrons proposer ça par référendum au peuple français, pour protéger les Français", a ajouté le vice-président des Républicains. 

Christian Jacob a alors passé un coup de fil à Guillaume Peltier. Puis, il l'a rappelé à l'ordre sur les réseaux sociaux : "l’heure n’est pas aux prises de positions personnelles qui nuisent à tous mais à la mobilisation derrière nos candidats".

Ces déclarations ont aussi ulcéré le député Guillaume Larrivé qui n'a pas manqué de rappeler son passé dans les rangs du FN.

Quant à Xavier Bertrand, proche de Guillaume Peltier, il ne cautionne pas non plus tout ce qu'il dit.

Plusieurs désaccords 

Ce n'est pas la première fois que le numéro 2 sort des rangs. En Provence-Alpes Côte d’Azur, il préconise le vote blanc, au détriment de Renaud Muselier, pourtant soutenu par les LR.

Sa proposition d'augmenter les salaires de 20% avait aussi fait tousser la direction. Si Guillaume Peltier assume avoir des "idées nouvelles et populaires", à trois semaines des élections, l'étalage de ces querelles internes n'est pas du plus bel effet.

Europe 1
Par Aurélie Herbemont