38 enfants surexposés à l'arsenic dans l'Aude : "Ce résultat n'est pas une surprise", selon l'ARS

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sur Europe 1, Jean-Jacques Morfoisse, directeur général adjoint de l'ARS Occitanie, se veut plutôt rassurant après que 38 enfants se sont faits détecter un taux d'arsenic supérieur à la moyenne dans la vallée de l'Orbiel.
RÉACTION

Pas moins de 38 enfants de 0 à 11 ans de la vallée de l'Orbiel, dans l'Aude, ont un taux d'arsenic supérieur à la moyenne, a indiqué mardi l'Agence régionale de Santé (ARS) Occitanie, alors qu'un "dispositif de surveillance clinique et biologique individuelle de l'exposition à l'arsenic des populations de la vallée de l'Orbiel" avait été mis en place le 8 juillet. Dans le détail, sur 103 enfants testés au total, 28 ont un taux d'arsenic par gramme de créatinine supérieur à 10 microgrammes/gramme, qui est la valeur de référence, et 10 ont un taux supérieur à 15 µg/g.

"Un risque à long terme"

La présence à proximité de la vallée de l'Orbiel de l'ancienne mine d'arsenic de Salsigne, fermée en 2004, pourrait expliquer cette pollution. Pour Jean-Jacques Morfoisse, directeur général adjoint de l'ARS Occitanie, "ce résultat n'est pas une surprise". "C'est le résultat d'un dispositif mis en place à la demande des familles qui vivent dans la vallée de l'Orbiel pour essayer de voir quel est l'impact auprès des populations fragiles - les enfants et les femmes enceintes, ndlr - de la présence d'arsenic dans l'environnement", explique-t-il au micro d'Europe 1, mardi soir.

"Le risque, c'est un risque à long terme sur plusieurs années voire décennies d'exposition, puisque l'on sait que l'arsenic est un facteur de risque de la survenue, par exemple, d'un certain nombre de cancers", poursuit-il. 

Des recommandations pour limiter les risques

L'Agence régionale de Santé a aussi des recommandations pour les habitants de la vallée : "Ne pas consommer de l'eau dont on ne connaît pas l'origine, de puits naturel ou artificiel, ne pas consommer de fruits ou de produits du potager qui seraient alimentés par cette eau dont on ne connaît pas l'origine, ne pas jouer dans la terre et porter la terre à la bouche…", énumère Jean-Jacques Morfoisse. "Ces précautions simples, qui peuvent paraître banales, sont pour nous extrêmement importantes".