Caracas : un véhicule blindé fonce sur un groupe de manifestants de l'opposition

, modifié à
  • A
  • A
Des heurts ont éclaté à Caracas après le ralliement de militaires à Juan Guaido.
Des heurts ont éclaté à Caracas après le ralliement de militaires à Juan Guaido. © Federico PARRA / AFP
Partagez sur :
Alors que l'opposant Juan Guaido a annoncé le ralliement de militaires à sa cause, des heurts ont éclaté mardi à Caracas. 

Un véhicule blindé a foncé mardi sur un groupe de personnes qui manifestaient à Caracas en soutien aux militaires soulevés contre le président vénézuélien Nicolas Maduro, selon des images diffusées sur des chaînes locales et étrangères.

Le blindé a chargé sur un groupe de manifestants qui protestaient devant La Carlota, la base aérienne d'où l'opposant Juan Guaido a annoncé dans la matinée le ralliement de militaires à sa cause. Mardi, après ce ralliement, Juan Guaido a affirmé qu'il n'y avait "plus de retour en arrière" possible dans ses efforts pour faire chuter le président Nicolas Maduro. 

 

Maduro assure avoir "l'entière loyauté" des militaires

Toute la journée, des heurts ont opposé les forces de l'ordre loyalistes à des milliers de manifestants pro-Guaido. Pneus et véhicules enflammés sur la chaussée, jets de pierres, nuages de gaz lacrymogènes : la situation restait très confuse mardi dans l'est de Caracas. 

Sur Twitter, Nicolas Maduro a lui affirmé avoir "l'entière loyauté" des chefs de l'armée, tandis que son ministre de la Défense, le général Vladimir Padrino Lopez, a assuré que la situation était "normale" dans les casernes. "Nous sommes en train d'affronter et de neutraliser un groupe réduit de traîtres au sein des effectifs militaires, qui se sont positionnés sur l'échangeur d'Altamira pour promouvoir un coup d'Etat", avait expliqué le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, peu après l'annonce de Juan Guaido. Il a évoqué une "tentative" de coup d'Etat et accusé la "droite putschiste".