Soldes : la canicule a découragé les consommateurs parisiens

, modifié à
  • A
  • A
Une enquête a été menée auprès de plus de 400 commerçants du 22 au 26 juillet dans l'ensemble des arrondissements de la capitale
Une enquête a été menée auprès de plus de 400 commerçants du 22 au 26 juillet dans l'ensemble des arrondissements de la capitale © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Selon un panel de commerçants sondés par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, les fortes chaleurs ont dissuadé les consommateurs.

Il a fait très chaud à Paris dans la période du 22 au 26 juillet, avec un record historique de 42,6°C enregistré le 26 juillet. On apprend que cet épisode de canicule a dissuadé les consommateurs de faire les soldes dans la capitale, selon un panel de commerçants sondés par la Chambre de commerce et d'industrie. L'activité des derniers mois avait déjà pâti du mouvement des "gilets jaunes".

Une enquête a été menée auprès de plus de 400 commerçants du 22 au 26 juillet dans l'ensemble des arrondissements de la capitale, et dans tous les secteurs d'activité concernés par les soldes, indique la Chambre de commerce de Paris-Ile-de-France dans un communiqué mercredi. "47% des commerçants jugent que ces chaleurs ont eu un effet négatif sur leur activité car elles ont provoqué une forte baisse de la fréquentation", résume la Chambre de commerce.

47% des commerçants jugent que ces chaleurs ont eu un effet négatif sur leur activité

En termes de chiffre d'affaires, par rapport à un mois d'activité "normal", 18% des commerçants interrogés indiquent n'avoir enregistré aucun surplus lors de ces soldes. Ils sont 31% à avoir vu leur activité augmenter de 11% à 20%, et 19% d'entre eux indiquent que les soldes ont généré une hausse du chiffre d'affaires comprise entre 21% et 30%.

Cependant, tout en pointant les "gilets jaunes" ou encore "la valse des promotions et les ventes sur internet" tout au long de l'année, les commerçants sondés sont au global 48% à juger le résultat de ces soldes "plutôt satisfaisant", et 9% l'estiment même "très satisfaisant". La Chambre de commerce et d'industrie avance une explication : "la saison printemps-été s'était déjà avérée très décevante".

Ces soldes sont les derniers à durer six semaines. Ils seront raccourcis à quatre semaines à partir de janvier 2020.