Tri sélectif : le gouvernement veut rappeler les fast-foods à leurs obligations

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Jeudi, le secrétariat d'Etat à l'Ecologie a convoqué les patrons de fast-foods pour leur rappeler leurs obligations en matière de tri et de recyclage des déchets. 

Un milliard de repas sont servis chaque année dans la restauration rapide en France, dans 25.000 points de vente. Mais si les fast-foods ont l'obligation de faire le tri des déchets, aucune grande enseigne ne respecte scrupuleusement la loi. Le gouvernement va leur demander de se mettre rapidement au pas. C'est pour cela que jeudi matin, la secrétaire d'état à l'Ecologie Brune Poirson reçoit plusieurs patrons.

Mise à jour à 14h15 > Les chaînes de restauration rapide ont jusqu'à la fin du mois de mars pour proposer "un plan de mise en conformité" en matière de tri des déchets, a annoncé jeudi Brune Poirson à l'issue de la réunion. 

"Ça suffit", tonne le ministère. McDonald's, KFC-Pizza Hut, Burger King mais aussi Subway et Strabucks... ils sont tous convoqués ce matin au ministère de la Transition écologique. Et le message qui va leur être passé est clair : "ils ne font que très peu d'efforts alors que chaque année ils génèrent 183.000 tonnes d'emballages et 60.000 tonnes de déchets alimentaires", a expliqué au Parisien la secrétaire d'Etat pour qui "ça suffit". "Je compte bien leur rappeler leurs obligations", abonde-t-elle.

Pas de tri, pas de recyclage. Et pour cause : des tests effectués dans 50 établissements par le ministère ont démontré qu'aucun ne recyclait les déchets. Ainsi, là où les clients débarrassent leurs plateaux, il n'y a pas de dispositif de tri. Dans les mêmes sacs poubelles, pailles et gobelets en plastique rejoignent donc les restes de frites et de burgers. 

Une loi datant de 2016 ignorée par les fast-foods. Pourtant, depuis 2016, la loi oblige les restaurants produisant plus de 10 tonnes de déchets biodégradables par an à trier chaque type de déchets. Les fast-foods doivent donc par exemple récupérer les restes organiques pour en faire du biocarburant ou de l'engrais. Le non-respect de ces règles est passible de 150.000 euros de sanction administrative mais aussi de deux ans d'emprisonnement.

70 McDo recyclent... sur 1.400. Mais selon l'association Zero Waste, sur les 1.400 McDonald's que comptent la France, seuls 70 sont de bons élèves en matière de recyclage. Quant à la chaîne KFC, elle n'a jamais envisagé la moindre expérimentation. Certaines enseignes rejettent cette responsabilité sur les fabricants d'emballage, d'autres répondent aux critiques en avançant qu'elles réfléchissent à des solutions.

Pour mettre fin à ce scandale, la méthode du ministère va consister à laisser quelques mois aux enseignes pour qu'elles réagissent. "Si d'ici là, on voit qu'ils continuent à traîner les pieds, je me réserve le droit de rendre public les résultats des contrôles qu'on aura effectués et le nom des enseignes hors-la-loi", prévient Brune Poirson.