Dans une vidéo publiée sur son compte YouTube, Eric Zemmour se déclare candidat à l'élection présidentielle 2022. 3:06
  • Copié
Louis de Raguenel , modifié à
Dans une vidéo, de dix minutes, diffusée sur les réseaux sociaux, Eric Zemmour a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle 2022. "J'ai décidé de prendre notre destin en main", a-t-il lancé. Une vidéo surprenante sur laquelle revient Louis de Raguenel, le chef du service politique d'Europe 1.

C'est un format totalement inattendu, décalé, nouveau. Dans une vidéo diffusée mardi sur son compte YouTube, le polémiste Eric Zemmour a prôné la grandeur d'une France désormais oubliée. "Vous vous souvenez du pays que vous avez connu dans votre enfance, celui dont vous ont parlé vos parents", a-t-il clamé. Après une dizaine de minutes, il s'est déclaré candidat à l'élection présidentielle.

Rien n'est laissé au hasard

Une mise en scène qui est loin d'être le fruit du hasard. À deux jours de l'anniversaire de la bataille d'Austerlitz et du sacre de Napoléon, Eric Zemmour déclame son discours sur la 7e symphonie de Beethoven, composée en 1811 pendant la campagne de Russie. Ce type de déclaration, ça passe ou ça casse. Les Français sont peu habitués à ce type de mise en scène. D'habitude, un candidat à l'élection présidentielle est face caméra ou enregistre une vidéo au milieu de Français. 

Atterrir politiquement

Lyrisme, romantisme, nostalgie, tout l'enjeu pour Eric Zemmour est maintenant d'atterrir politiquement. Il a essayé, à travers cette vidéo, de prendre de la hauteur. On le voit, tout est très travaillé. "Il n'est plus temps de réformer la France mais de la sauver", a-t-il tranché. Mais maintenant, ce qu'il faut, c'est toucher les Français, essayer de leur parler concrètement.

D'ailleurs, il a profité de ce moment pour rappeler qu'on lui reproche de ne parler que d'immigration, de grand remplacement. "Ce n'est pas la cause de tous nos problèmes, même si elle les aggrave tous", a affirmé l'essayiste. Alors, on voit bien qu'il essaye de montrer qu'il va parler de pouvoir d'achat, qu'il veut parler de sujets qui préoccupent les Français mais sa volonté était de parler aujourd'hui, à ce moment précis, pour écraser d'une certaine manière la bande passante de ce qu'il se passe politiquement ailleurs, à savoir le débat des Républicains diffusé sur France 2 mardi soir.

"Vive la République et surtout, vive la France"

L'annonce de sa candidature a fait taire toutes les autres. Comme la création par la République en marche, le Modem et le parti d'Edouard Philippe de la "maison commune", baptisée "Ensemble citoyens!" lancée lundi. 

Et pour la première fois, un responsable politique a placé la République en-dessous de la France. "Vive la République et surtout, vive la France", a-t-il conclu. Le "surtout", lui non plus, n'est pas prononcé par hasard. Reste désormais à savoir quelles seront les personnalités de "premier plan" présentes au meeting du candidat dimanche prochain au Zénith de Paris.