Ce qu'il faut savoir si vous voulez faire les vendanges

  • A
  • A
En Bourgogne, dans le Chinonais ou le Bordelais, les viticulteurs sont encore nombreux à rechercher de la main d'oeuvre pour les vendanges.
En Bourgogne, dans le Chinonais ou le Bordelais, les viticulteurs sont encore nombreux à rechercher de la main d'oeuvre pour les vendanges. © NICOLAS TUCAT / AFP
Partagez sur :
Les viticulteurs cherchent des candidats pour la cueillette du raisin. Europe 1 livre quelques conseils à ceux qui souhaiteraient postuler.
CINQ CHOSES À SAVOIR

Les viticulteurs manquent de bras. En Bourgogne, dans le Chinonais ou le Bordelais, ils sont encore nombreux à rechercher de la main d'oeuvre pour les vendanges -  qui ont démarré depuis quelques jours dans certaines régions et débuteront la semaine prochaine dans d'autres - alors qu'avec la chaleur de l'été les récoltes s'annoncent pourtant abondantes. La semaine dernière, les châteaux d'appellation Pessac Leognan, dans le Bordelais cherchaient encore des centaines de salariés. Et Pôle emploi indiquait à Europe 1 que dans le secteur de Libourne, pas moins de 850 personnes étaient nécessaires aux récoltes. Dans le vignoble nantais, même constat, confirmait la fédération des vins de Nantes, à 20 minutes, il y a quelques jours. Il n'est donc pas trop tard pour postuler. Au contraire. Mais comment s'y prendre ? Combien ça rapporte ? Est-ce accessible à tous ? Europe 1 vous donne le mode d'emploi.

 

>>> A ECOUTER : Dans Le tour de la question, vendredi, Wendy Bouchard reviendra notamment sur les vendanges et le travail des viticulteurs.

En quoi ça consiste ?

Vendangeur, c'est un emploi à plein temps sur une période très courte. Les contrats varient en général d'une à trois semaines. Mais tous ne font pas la même chose. Les coupeurs sont affectés à un rang de vignes et sont chargés de tailler les grappes de raisin avec un sécateur. Les porteurs transportent les hottes ou seaux de raisins dans des remorques de tracteur. Enfin, les conducteurs sont au volant de machines à vendanger ou de tracteurs.

Certaines exploitations viticoles prennent en charge le repas et/ou l'hébergement des saisonniers car les vignobles sont généralement assez éloignés des villes. Avant toute embauche, il est donc conseillé de se renseigner sur ces modalités.

Comment se faire embaucher ?

  • Pôle emploi

Le plus simple est de passer directement par les agences Pôle emploi des régions viticoles. Certaines mettent à disposition des candidats un numéro spécial. C'est le cas en Alsace notamment. (Alsace Vendanges : 03 89 20 80 70 )

Le candidat peut également se connecter sur le site "Maintenant" de Pôle emploi pour avoir accès directement aux offres disponibles. 

  • L'ANEFA

Pour trouver un job de vendangeur, on peut aussi passer par l'Association nationale pour l'emploi et la formation en agriculture (ANEFA). Sur son site, l'association indique les offres d'emplois disponibles par région.

Combien ça rapporte ?

Généralement le vendangeur touche le Smic, mais cela peut varier selon les régions et selon les exploitations agricoles. Le salaires horaires minimums sont fixés à 9,88 euros par heure pour les coupeurs et de 10,23 euros par heure pour les porteurs. Les frais de transport peuvent être également remboursés dans certains cas tout comme le repas et/ou l'hébergement.

Quelles régions cibler ?

Il faut bien entendu cibler les bassins viticoles comme la Bourgogne, réputée pour ses Pinot Noir, Chardonnay ou Chablis, la Champagne-Ardenne qui abrite un territoire viticole très riche ou encore le pays nantais et son muscadet, l'Alsace, l'Aquitaine, le Languedoc-Roussillon ou la Corse.

C'est accessible à tous ?

Il est possible de postuler à partir de 18 ans, voire 16 ans dans certaines exploitations viticoles. La seule condition est d'être en bonne forme car le travail est physique. Le cueilleur travaille en position courbée et le porteur transporte des charges souvent très lourdes. Le permis B est également requis pour postuler comme chauffeur. Pour le reste, la motivation suffit.