Cyclisme : les critériums post-Tour de France n’ont plus la cote

  • A
  • A
warren barguil 1280
© Marco Bertorello / AFP
Partagez sur :
Entre deux grandes compétitions, ces petites courses locales permettent aux aficionados d'approcher leurs champions. Mais au critérium de Lisieux mardi, pourtant le plus réputé du genre, Warren Barguil était l'une des seules têtes d'affiche à avoir fait le déplacement.
REPORTAGE

Le Tour de France est terminé depuis trois jours, et les critériums peuvent prendre le relais. Ces courses sans enjeu permettent aux meilleurs coureurs de gagner de l'argent et aux organisateurs de s'offrir des stars l'espace de quelques heures. Mais depuis plusieurs années, les salaires des cyclistes ont globalement explosé et, par conséquent, les critériums deviennent moins intéressants à courir d’un point de vue pécuniaire.

À Lisieux, où s’est ouvert la saison des critériums mardi, la foule était encore venue en nombre, se serrant derrière les barrières pour tenter d’apercevoir Warren Barguil, le champion de France 2019 sur route. Mais les stars de la Grande boucle, comme Julian Alaphilippe ou Romain Bardet, pointaient aux abonnés absents. Officiellement, ils ont évoqué la fatigue et le besoin de couper. "Ils ne sont pas sympas", s’agace dans la foule Patricia. "Le public les attend. Nous avons envie de les voir sur des petits circuits", explique-t-elle.

Entendu sur europe1 :
De moins en moins de cyclistes professionnels de haut niveau seront tentés de participer à des critériums

Aujourd’hui, même un monument des critériums comme celui de Lisieux doit se battre pour attirer les meilleurs, car il joue perdant dès le départ face à des coureurs très bien payés par ailleurs. Ainsi, faire venir Warren Barguil a coûté aux organisateurs 15.000 euros, une jolie somme, mais certains professionnels estiment désormais que le jeu n’en vaut plus vraiment la chandelle.

Ce désintérêt des grands noms du peloton menace à terme l’avenir de ce type de compétition, selon Bernard Aubril, président du vélo club de Lisieux. "De moins en moins de cyclistes professionnels de haut niveau seront tentés de participer à des critériums. On peut s’interroger sur leur pérennité, pas pour celui de Lisieux, parce que c’est le premier, mais je ne voudrais pas avoir à organiser la même chose fin août", relève-t-il auprès d’Europe 1. D’autant plus que fin août, les coureurs ont rendez-vous avec une autre épreuve de premier plan : le Tour d’Espagne.

Europe 1
Par Christophe Lamarre, édité par Romain David