EN IMAGES - L’acte 4 des "gilets jaunes" à Paris et en régions

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
"L'acte 4" des "gilets jaunes" samedi a de nouveau été marqué par des heurts entre manifestants et forces de l'ordre, mais aucun incident majeur n'a été déploré par les autorités à cette heure.
EN IMAGES

Loin des scènes de guérilla urbaine qui ont secoué Paris la semaine dernière, "l’acte 4" des "gilets jaunes" samedi a été marqué tout de même par des échauffourées. Après une matinée relativement calme, des heurts ont éclaté en plusieurs endroits de la capitale, ainsi qu’à Marseille, Toulouse et Bordeaux, malgré un important dispositif policier.  

Tensions à Paris. Des voitures incendiées, des vitrines brisées, des barricades enflammées : les points de tension se sont multipliées à Paris, notamment près des Champs-Élysées, dans le courant de l’après-midi, mais aucun incident majeur n’a été relevé par les autorités à cette heure. Les forces de l’ordre, qui ont changé leur stratégie de maintien de l’ordre après le chaos de "l’acte 3" samedi dernier, ont procédé à de multiples interpellations avant même les premiers rassemblements de la journée. Plus 1.300 personnes ont été arrêtées dans toute la France samedi soir.

Une mobilisation en légère baisse. En province aussi, des affrontements ont eu lieu entre "gilets jaunes" et forces de l’ordre, particulièrement à Marseille, Bordeaux, Toulouse, ou encore Lyon. De multiples points routiers et autoroutiers ont également été bloqués, entraînant des difficultés de circulation.

Au total, 125.000 personnes ont manifesté samedi, un chiffre en légère baisse par rapport à la semaine précédente, lorsque 136.000 personnes s'étaient mobilisées. Signe que l'appel au calme lancé par les autorités a trouvé écho parmi les "gilets jaunes", mais que les concessions du gouvernement - et notamment l’annulation de l’augmentation de la taxe sur les carburants - semble n’avoir eu qu'un faible effet sur leur détermination.