Procès Tron : "De quel droit vous dites que c'est un pervers ?", interroge Eric Dupond-Moretti

, modifié à
  • A
  • A
Georges Tron 1280
Georges Tron comparaît devant les assises de Seine-Saint-Denis depuis trois semaines. © AFP
Partagez sur :

Après les réquisitions de l'avocat général, la parole était aux avocats de Georges Tron et Brigitte Gruel, mercredi après-midi devant les assises de Bobigny. 

EN DIRECT

Le procès de Georges Tron touche à sa fin, devant les assises de Bobigny. Après les auditions des deux accusés, lundi et mardi, la parole était mercredi à l'avocat général. Ce dernier a requis six ans de prison contre le maire de Draveil, poursuivi pour agressions sexuelles et viols en réunion sur deux anciennes collaboratrices, et quatre ans contre son ancienne adjointe Brigitte Gruel, co-accusée au procès. 

Eric Dupond-Moretti défend "un type bien". "C'est un type bien, contrairement à ce que vous écrivez pour certains d'entre vous", a défendu l'avocat du principal accusé, Eric Dupond-Moretti, mercredi après-midi. "Ce dossier est devenu un symbole", a estimé le pénaliste, reprochant aux plaignantes de vouloir "inscrire (leur) nom dans l'histoire judiciaire". "Cette affaire commence avec DSK et se termine avec #MeToo. Que la parole de la femme se libère, c'est parfait. Mais le réceptacle de cette parole, ce n'est ni les médias ni les réseaux sociaux, ce doit être la justice." 

Revivez les plaidoiries avec notre journaliste sur place :