Covid-19 : "Le pass sanitaire est un sésame vers la liberté", défend Cédric O

, modifié à
  • A
  • A
Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique, était l'invité d'Europe 1 vendredi matin. 2:30
Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique, était l'invité d'Europe 1 vendredi matin. © Europe 1.
Partagez sur :
Emmanuel Macron a annoncé jeudi la création d'un pass sanitaire qui permettra à partir du mois de juin d'accéder aux "lieux où se brassent les foules". "Un sésame vers la liberté", affirme Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique, invité d'Europe 1 vendredi matin. 
INTERVIEW

Emmanuel Macron a dévoilé jeudi un calendrier du déconfinement en quatre étapes, malgré une situation sanitaire encore fragile. Pour éviter toute reprise épidémique, le chef de l'Etat mise notamment sur la création d'un pass sanitaire pour accéder aux "lieux où se brassent les foules", comme les stades, les festivals et les foires, qui devraient rouvrir au mois de juin. 

Ce pass, papier ou numérique via l’application TousAntiCovid, permettra de prouver que l'on est complètement vacciné, que l'on dispose d'un test PCR négatif réalisé dans les dernières 48 heures ou que l'on a été testé positif au virus moins de deux mois plus tôt. "Il faut être clair : le pass sanitaire est un sésame vers la liberté", soutient Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique, invité d'Europe 1 vendredi matin. "Il va nous permettre de retrouver une vie normale de manière progressive et sécurisée."

Pas de pass nécessaire pour aller au cinéma ou au restaurant

Le pass "ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis", avait précisé le chef de l'Etat. "On a écarté le quotidien car cela ne correspond ni à la culture française ni à la temporalité de l'épidémie", confirme Cédric O. Pour le moment, le pass sanitaire sera requis pour voyager vers l'Outre-Mer et l'étranger ainsi que pour participer à de grands événements. Le gouvernement "attend la réponse du Conseil scientifique" pour déterminer à partir de quelle jauge les organisateurs seront tenus de vérifier le pass des participants. 

Et pour éviter que les Français n'aient à communiquer leurs données personnelles de santé aux portes d'un avion ou d'un festival, un système de contrôle spécifique va être mis en place. "Dans les semaines qui viennent, on va mettre en place une application de lecture de ce pass. Quand vous tendrez votre pass, la seule chose qui apparaitra à l'écran sera du vert ou du rouge. Personne ne saura si vous pouvez vous déplacer grâce à un vaccin ou un test PCR", explique Cédric O.

La question du pass sanitaire doit cependant être débattue et votée fin mai par les parlementaires, précise le secrétaire d'Etat. 

Pour voyager, seuls les vaccins approuvés par l'UE seront acceptés

Le pass sanitaire sera nécessaire pour voyager en Europe et dans le monde cet été. Mais seuls les vaccins approuvés par les autorités sanitaires européennes seront acceptés pour pénétrer dans l'UE. "Tant que le Spoutnik et le vaccin chinois ne sont pas reconnus, ils ne seront pas acceptés", précise Cédric O sur Europe 1.

Des accords seront par ailleurs négociés pour les voyages entre l'Europe et les Etats-Unis afin que "les touristes qui viennent en Europe bénéficient et offrent la même garantie sanitaires que celle demandée à nos concitoyens". 

Europe 1
Par Laetitia Drevet