Coronavirus : "Il y a plusieurs décès chez Amazon", selon la CGT, l'entreprise dément

, modifié à
  • A
  • A
"Il y a plusieurs décès" liés à l'épidémie de coronavirus chez Amazon, assure Catherine Perret (CGT). 1:05
"Il y a plusieurs décès" liés à l'épidémie de coronavirus chez Amazon, assure Catherine Perret (CGT). © AFP
Partagez sur :
La CGT déplore le manque de protection des salariés face au coronavirus, dans certaines entreprises. Selon Catherine Perret, secrétaire confédérale du syndicat, invitée d'Europe 1 jeudi, il y a ainsi eu plusieurs décès chez Amazon - ce que l'entreprise dément -, dans le secteur du bâtiment et un à la RATP, plus récemment. Elle demande la reconnaissance du coronavirus en tant que maladie professionnelle.
INTERVIEW

Alors que le déconfinement commencera progressivement le 11 mai prochain en France, les entreprises sont encouragées à reprendre le travail rapidement, dans le respect des conditions sanitaires, pour relancer l'activité économique. Or de nombreux salariés et syndicats pointent le manque de protections face au Covid-19. Le Premier ministre s'entretient ce jeudi avec les partenaires sociaux sur les conditions de cette reprise. Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT, affirme avoir des remontées de terrain très précises sur Europe 1. "Dans un certain nombre de secteurs, on a des salariés qui ont été exposés au virus et qui sont tombés malades".

"Il y a plusieurs décès chez Amazon, il y a des décès dans le secteur du bâtiment, il y a un cas récent de décès à la RATP", affirme-t-elle. "Il y a des cas concrets. On est sur le terrain, on a des remontées précises de beaucoup d’entreprises où il n’y a pas l’assurance d’une protection stricte pour éviter que les salariés tombent malades".  La CGT demande la reconnaissance en tant que maladie professionnelle du Covid-19, comme pour les soignants, mais pour l'ensemble des secteurs professionnels. 

Les guides de bonnes pratiques, insuffisants selon la CGT

Pour l'instant, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, n'accède pas à la requête de la CGT. Mais pour accompagner la reprise, et rassurer les salariés, son ministère prévoit une soixantaine de guides par secteur. Ils détermineront les procédures à suivre, notamment en termes de protection des salariés. Mais selon Catherine Perret, ce sont "de fausses mauvaises idées", "imposés par la négociation". Elle fustige des pressions.

"Dans la branche du bâtiment, la majorité des organisation syndicales ont refusé le guide de bonnes pratiques parce qu'ils considèrent que les conditions ne sont pas réunies pour garantir la protection de l'ensemble des salariés." Selon elle, c'est une façon pour les employeurs de se dédouaner de leur obligation à protéger et assurer la santé de leurs salariés. 

Indemnisation et droit de retrait 

La secrétaire confédérale pointe également l'obligation pour de nombreux salariés de prendre les transports en commun. Des lieux fortement exposés au risque de contamination par le Covid-19. "Dans le code du travail, il est prévu que l'accident du travail soit reconnu entre le domicile et l'entreprise, pour l'exposition au virus cela devrait être automatique et permettre que le salarié soit indemnisé, et surtout qu'il y ait un suivi ensuite pour les conséquences de la maladie sur sa santé, à court et moyen terme", rappelle-t-elle.

La CGT encourage d'ailleurs à l'exercice du droit de retrait, si les conditions de sécurité ne sont pas réunies. "Mais il faut surtout que cela n'arrive pas. Il faut qu'on ait la garantie, si on retourne travailler, de ne pas tomber malade ou de ne pas infecter ses proches", assure Catherine Perret, qui déplore le flou du retour à l'emploi, dans le plan de déconfinement annoncé par Edouard Philippe. 

Amazon dément

Quelques heures le passage à l'antenne de la secrétaire confédérale de la CGT Catherine Perret, Amazon a "tenu à démentir" l'information selon laquelle il y a plusieurs décès du au coronavirus au sein de ses effectifs en France. "Cela fait plusieurs fois que nous voyons colportées des rumeurs particulièrement inappropriées notamment pour les collaborateurs et leur familles", explique dans un communiqué le géant américain, qui juge "particulièrement irresponsable de faire courir de telles rumeurs sur la vie des personnes". "La sécurité et la santé de nos salariés sont notre priorité absolue. Nous confirmons, à nouveau, qu’aucun décès n’est à déplorer au sein des sites Amazon en France."

Europe 1
Par Mathilde Durand