Transports, destinations : comment le coronavirus a modifié nos habitudes de vacances

, modifié à
  • A
  • A
Par crainte du virus, les Français privilégient leur voiture pour partir en vacances (photo d'illustration) 2:04
Par crainte du virus, les Français privilégient leur voiture pour partir en vacances (photo d'illustration) © MEHDI FEDOUACH / AFP
Partagez sur :
Avec la crème solaire, le gel hydroalcoolique fait désormais partie des indispensables. Le coronavirus a également chamboulé nos habitudes de tourisme : calendriers, lieux de vacances, modes de transports... Europe 1 fait le point sur ce qui a changé à cause du Covid-19.  

Après plusieurs mois confinés, puis limités dans leurs activités et leurs déplacements, les Français sont partis en vacances estivales. Ils seront nombreux à prendre la route ce week-end, à l'occasion du chassé-croisé entre "juillettistes" et "aoûtiens", au point que Bison futé a classé en noir la journée de samedi. Rien de surprenant, mais cette utilisation de la voiture est à relever : elle est l'un des changements directs de nos habitudes de vacances après le passage du coronavirus en France.

Des transports individuels, gel et masques dans les valises...

Cette année, les Français privilégient des modes de transports personnels pour éviter tout risque de contamination et restent majoritairement en France pour les vacances, a constaté Vinci sur son réseau d'autoroutes. À l’intérieur des coffres d'automobiles, nombreux sont ceux qui ont glissé, avec les maillots de bain et les shorts de plage, des masques et du gel hydroalcoolique. La SNCF s'est aussi adaptée face aux annulations en cascade : les échanges et remboursements des billets TGV, Intercités et TER en correspondance sont gratuits jusqu'au 31 août inclus.

... pour partir en vacances près de chez soi

Le tourisme intérieur se fait également sentir sur la plateforme de réservations de logements de particuliers Airbnb. Ces dernières ont bondi de 70 % pour un logement en France par rapport à l'année dernière et sont, pour beaucoup, faites à la dernière minute. C'est l'autre particularité de cet été, raconte au micro d'Europe 1 Emmanuel Marill, délégué général d'Airbnb. "On a besoin de se rassurer, les réservations sont majoritairement faites 24 heures ou 36 heures avant le jour J, alors que généralement, les réservations pour l'été étaient faites entre avril et mai."

"Une revanche des campagnes"

Et si la crise sanitaire pèse sur la planification des vacances, elle détermine aussi les destinations choisies par les Français. On assiste, cet été, à "une revanche des campagnes" et même de la montagne. Sur Airbnb, la Dordogne, l'Ardèche, les Vosges et la Haute-Savoie ont le vent en poupe. L'objectif est d'éviter les stations balnéaires bondées et de redécouvrir son propre pays. Anaïs, en vacances dans le Pays basque, devait "aller en Écosse et en Islande via les Îles Féroé". Finalement, "je me suis dit que ce n'était pas très malin d'aller se promener partout. Depuis des années que je voulais mieux découvrir la France, c'est enfin l'occasion de le faire et je ne regrette pas du tout !", raconte-t-elle.

L'étranger, ce sera donc pour plus tard. "À partir de mars 2021, 59% des Français choisissent l’étranger plutôt que la France pour leur principal voyage (dont 31% en Europe et 28% en dehors) pour une durée d’au moins une semaine (74%)", selon une récente étude Ipsos.

Europe 1
Par Elise Denjean, édité par Ariel Guez