Covid-19 : pourquoi il faut rester prudent sur le Remdesivir, loué par une étude américaine

  • A
  • A
Le Remdesivir n'est probablement pas le remède miracle contre le covid-19.
Le Remdesivir n'est probablement pas le remède miracle contre le covid-19. © Ulrich Perrey / POOL / AFP
Partagez sur :
Un laboratoire américain est persuadé d'avoir trouvé le remède au coronavirus : le Remdesivir. La Maison blanche partage son enthousiasme et veut l'utiliser au plus vite. Pour le docteur Jimmy Mohamed, cependant, l'étude réalisée ne permet pas de conclure à une baisse de la mortalité grâce à l'utilisation de ce médicament.

A-t-on enfin trouvé un traitement au Covid-19 ? La réponse est "oui" pour un laboratoire américain qui présente le Remdesivir comme le remède à la maladie. Le médicament, développé dans le cadre de l'épidémie d'Ebola, accélérerait la guérison. Donald Trump veut le distribuer au plus vite. Pour le docteur Jimmy Mohamed, médecin et chroniqueur sur Europe 1, le Remdesivir constitue "un espoir" et "une piste", mais n'est pas le remède miracle.

Les conclusions d'une étude chinoise menée plus tôt suggèrent en effet que le médicament ne réduit pas la mortalité. "[Il] diminue l'intensité des symptôme et le nombre de jours où vous êtes malades, en revanche sur la mortalité cela n'a aucun impact", précise Jimmy Mohamed. Ces conclusions sont d'ailleurs confirmées par la revue scientifique The Lancet.

Pas de prise en compte de la mortalité

De plus, le docteur Jimmy Mohamed relève quelques écueils dans le travail du laboratoire américain. "Lorsque l'on fait une étude, il faut un 'critère majeur' que l'on va valider", affirme-t-il ajoutant que la mortalité en faisait partie. Pourtant, cette donnée fondamentale a été rendue caduque en cours de route, sans raison apparente. Les chercheurs se sont uniquement focalisés sur le nombre de jours de maladie.

"L'étude n'est pas suffisamment puissante", conclut Jimmy Mohamed qui préconise de poursuivre les essais cliniques. "A l'heure actuelle, c'est une piste mais elle ne va pas nous permettre de traiter tous les cas de coronavirus."

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet