Avec ce déconfinement, Emmanuel Macron veut clore le chapitre du coronavirus

  • A
  • A
Le discours du chef de l'Etat jeudi était orienté vers l'après coronavirus. 1:24
Le discours du chef de l'Etat jeudi était orienté vers l'après coronavirus. © CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Partagez sur :
Le chef de l’État a dévoilé jeudi dans une interview accordée à plusieurs quotidiens régionaux les modalités d'un déconfinement progressif. Mais cette énième prise de parole sur le coronavirus n’en était plus vraiment une. Emmanuel Macron semble maintenant vouloir refermer la parenthèse de la crise sanitaire et vise les prochaines élections.
ANALYSE

"Dès le début du mois de juin, je veux reprendre mon bâton de pèlerin (…) prendre le pouls du pays", déclare le président de la République, dans une interview accordée à plusieurs quotidiens régionaux. Emmanuel Macron y dévoile les modalités du troisième déconfinement, mais il évoque aussi, de plus en plus ouvertement, la suite de son quinquennat et les prochaines échéances électorales.

 

"Mon travail dans les prochains mois, c’est de tout faire pour simplifier les procédures en France", confie jeudi le chef de l'État dans plusieurs quotidiens régionaux. Le président affirme désormais vouloir "inventer un deuxième temps de la relance" ou encore "réformer jusqu’au dernier quart d’heure". Des formules très politiques. 

"Le risque, c’est la fin de règne"

Tous ces extraits tirés de l'interview trahissent un futur candidat, soucieux de reprendre le fil de la vie politique du pays. L’Élysée affirme évidemment que cette interview est avant tout celle d’un "président en exercice, pas d’un candidat". Mais les thématiques sont suffisamment précises pour esquisser les futures priorités d'Emmanuel Macron, au-delà du coronavirus : retrouver de la proximité, réformer encore et toujours mais aussi interpeller à la jeunesse. "C’est un marqueur fort", reconnaît un proche du chef de l'État.

 

"Le risque, c’est la fin de règne", reconnaît un conseiller issu de la droite. "Sarkozy était devenu frileux et conventionnel", poursuit-il. C'est tout l’inverse que tente d’annoncer Emmanuel Macron. Encore faut-il que le Covid-19 lui permette d’aller au bout de ses projets.

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Manon Bernard