Le directeur du musée d’Auschwitz au secours d'un jeune Nigérian condamné pour blasphème

  • A
  • A
Prison illustration 2000x1000 Pixabay 1:27
Photo d'illustration © Pixabay
Partagez sur :
Omar, un jeune Nigérian de 13 ans, a récemment été condamné à 10 ans de prison dans son pays pour des propos jugés blasphématoires envers Allah. Le directeur du musée et du mémorial d'Auschwitz-Birkenau, Piotr Cywinski, s'est mobilisé pour éviter à l'enfant la prison et a dénoncé "l'absurdité de ce jugement".

"C'est une histoire qui m'a beaucoup touchée... il y a des moments où l'on ne peut plus rester silencieux." Le directeur du musée et du mémorial d'Auschwitz-Birkenau, Piotr Cywinski, a joint l'acte à la parole en se mobilisant pour Omar, un Nigérian de 13 ans. Le garçon a été condamné à 10 ans de prison par un tribunal islamique du nord du Nigéria, une sentence prononcée pour des propos jugés blasphématoires.

Piotr Cywinski s'est directement adressé au président du Nigéria par voie postale. Il lui a écrit une lettre au sujet d'Omar, qui aurait insulté Allah dans une conversation entre amis. Piotr Cywinski a proposé de purger une partie de la peine de dix ans de prison à la place de l'adolescent. "Ça devient inhumain, on a tous eu 13 ans, on a tous fait des bêtises à cet âge-là", a expliqué le directeur du musée et du mémorial d'Auschwitz-Birkenau.

Il a justifié cette position inédite en dénonçant "l'absurdité de ce jugement". "Au lieu de construire un adulte averti, on le détruit, on le rend inapte à une vie normale pour toute sa vie pratiquement", regrette-t-il.

"Maintenant, il a des avocats"

Depuis sept mois, Omar, fan de football, passe ses nuits en prison dans le nord du Nigeria, une région où s'applique la charia. La famille du jeune homme reste discrète mais son oncle a accepté de dire quelques mots au micro d'Europe 1. Il espère "que ce genre de mobilisation permettra de libérer [son] neveu, un enfant". "Au moins, maintenant, il a des avocats qui vont pouvoir le défendre et c'est ça qui me donne de l'espoir", positive-t-il.

Ce début de mobilisation internationale a déjà été payant. Un nouveau procès est prévu le mois prochain.

Europe 1
Par Romane Hocquet, édité par Maxime Dewilder