À Perpignan, Carles Puigdemont accueilli comme une rock star aux portes de l'Espagne

, modifié à
  • A
  • A
carles puigdemont 1:34
Le député européen et ancien président catalan Carles Puigdemont (au centre), le président du club de rugby américain de Perpignan François Rivière (à gauche) et le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol (à droite) assistent au match de l'Union française de rugby Pro D2 entre Perpignan et Rouen au stade Aime-Giral de Perpignan, le 28 février 2020. © RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :
Le leader indépendantiste Carles Puigdemont qui vit désormais à Bruxelles depuis la tentative de sécession de la Catalogne en 2017 tient un grand meeting à Perpignan, samedi. Entre 70.000 et 100.000 personnes sont attendues, selon les organisateurs du meeting, qui doit commencer à 12 heures. 
REPORTAGE

C'est la première fois que Carles Puigdemont, l'ancien président régional catalan, se rend aux portes de l'Espagne depuis son départ à Bruxelles, en 2017. Poursuivi pour sédition par la justice espagnole, l'indépendantiste catalan va rassembler samedi des dizaines de milliers de partisans à Perpignan, dans le sud de la France. 

 

Maintenant qu'il ne risque plus l'extradition suite à l’obtention de son immunité d'eurodéputé, les indépendantistes catalans vont lui offrir un bain de foule dans cette ville du sud de la France toute proche de la frontière. Car, pour eux, Perpignan représente la capitale de la "Catalogne nord".

"C'est un grand honneur"

Vendredi soir, Carles Puigdemont était l'invité d’honneur du club de rugby de l'Union sportive arlequins perpignanais (Usap). Il a été accueilli comme une rock-star. Au micro d'Europe 1, il s'est dit "très heureux de pouvoir être en terre catalane, d'être entre amis, de voir le drapeau catalan, de partager la même culture, enfin d'être chez nous". Présente dans la foule, Chantal, elle, dénonce l'attitude de l'Espagne envers les séparatistes. "C'est un grand honneur parce que c'est le dernier président de la République catalane et on le traite comme un voleur, un condamné", pointe-elle. 

Un peu plus tôt dans le centre-ville, des centaines d'indépendantistes flânaient dans les rues. Si pour les commerçants et les restaurateurs, cette affluence représente une aubaine, du côté des Perpignanais, la venue de Carles Puigdemont ne fait pas l'unanimité. "Il n'a pas à être ici. C'est quelqu'un qui n'a pas le courage de ses actes devant la justice espagnole. Il manque vraiment de courage", conteste un habitant.

S'il s'oppose à ce déplacement, c'est aussi, selon lui, pour des raisons sanitaires. "Il y a quand même une épidémie de coronavirus et nous, ce matin, on se retrouve avec 100.000 Catalans venus de Barcelone, Gérone... On peut se poser des questions", s'indigne-t-il. 

Reçu par les hommes politiques locaux 

Tous les candidats aux élections, le maire sortant de droite, le représentant de la gauche et le candidat macroniste ont tenu à recevoir Carles Puigdemont, à l'exception de Louis Aliot, du Rassemblement national. 

Les organisateurs ont réservé 600 bus et estiment qu'entre 70.000 et 100.000 militants séparatistes feront le déplacement d'Espagne pour ce meeting qui doit commencer à 12 heures sur l'esplanade du parc des expositions de Perpignan.

Europe 1
Par Henry de Laguérie, édité par Tiffany Fillon