"Ne pas oublier" : à Rambouillet, un hommage national pour Stéphanie Monfermé

  • A
  • A
Stéphanie Monfermé Rambouillet hommage police 1:27
Hommage national à Stéphanie Monfermé, décorée de la Légion d'honneur à titre posthume. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Une cérémonie d'hommage national présidée par le Premier ministre Jean Castex a lieu ce vendredi pour célébrer la mémoire de Stéphanie Monfermé, tuée vendredi dernier au commissariat de Rambouillet. La fonctionnaire de police sera décorée de la Légion d'honneur à titre posthume. 

Un hommage national. Stéphanie Monfermé, la fonctionnaire de police assassinée vendredi à Rambouillet, dans les Yvelines sera décorée ce vendredi de la Légion d'honneur à titre posthume lors d'une cérémonie présidée par le Premier ministre Jean Castex. A quelques centaines de mètres du commissariat où la victime a été mortellement agressée au couteau par un ressortissant tunisien de 36 ans titulaire d'une carte de séjour, une estrade a été montée devant le monument aux morts, afin d'accueillir les membres du gouvernements qui seront présents, mais aussi les habitants qui souhaitent lui rendre un dernier hommage.

Une cérémonie solennelle 

Danielle est sage-femme, elle a fermé son cabinet pour la matinée afin d'assister à la cérémonie. "Je me dois de rendre hommage et j'aurais du mal à travailler en sachant que ça fait une semaine qu'elle est décédée", confie-t-elle avec émotion. "C'est la pensée qui compte, ne pas oublier surtout cette femme qui a consacré sa vie à la France, qui laisse des enfants qui n'ont pas mérité cela."

La cérémonie devrait durer une heure, avant un discours prononcé par le chef du gouvernement. Ce dernier devrait rendre hommage à la mère de famille de 47 ans, sa personnalité et son engagement. Jean Castex devrait aussi élargir son hommage à toute la profession et particulièrement aux adjoints administratifs, comme Stéphanie Monfermé, des rouages discrets mais essentiels de la politique sécuritaire du pays. Une minute de silence et une Marseillaise sont également prévues, avant la remise de la Légion d'honneur.

Un hommage qui devra être à la hauteur

"C'est un symbole fort. La cérémonie sera plus grande pour marquer encore une fois les esprits et montrer le total soutien de l'Etat face à cette situation. Je pense qu'il y a eu beaucoup d'échanges entre la famille, le ministère de l'Intérieur : ce qu'ils veulent c'est être épaulé, accompagné et orienté de la meilleure façon possible. Ils ont perdu quelqu'un de proche, c'est une famille endeuillée, une profession tout entière, un ministère qui souffre…", décrit Marc Silvera, Directeur de l'amicale de la police nationale. "J'espère vraiment qu'il y aura une prise de conscience. Il faudra faire face et continuer le combat."

Lundi, un premier hommage avait eu lieu organisé par la ville, mais pour beaucoup d'habitants, il avait été jugé trop court. "Je ne sais même pas si ça a fait huit minute", déplore Sylvie. "Apparemment c'est la famille qui le souhaitait et je comprends tout à fait, mais bon il y a pas mal de politiques qui s'étaient déplacés. J'ai cru que Gérald Darmanin ferait un petit mot. Sachant qu'elle était sous ses ordres, cela aurait été bien…" Elle espère aujourd'hui que l'hommage sera à la hauteur pour que cette policière ne tombe jamais dans l'oubli.

Europe 1
Par Joanna Chabas, Justin Morin et Louis de Raguenel avec AFP, édité par Mathilde Durand