Les étudiants en soins infirmiers dénoncent des frais d'entrée "illégaux" : "On nous donne des explications floues"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Près d'une école d'infirmière sur deux ferait payer des frais supplémentaires, en plus des frais d'inscriptions, à ses étudiants. Ces derniers ont "le sentiment d'avoir le couteau sous la gorge".

Pour la rentrée, Claire, 18 ans, vient de décrocher une place à l'Institut de soins infirmiers (IFSI) de La Roche-sur-Yon, en Vendée. Elle avait bien regardé sur Parcoursup : il était clairement inscrit qu'elle devrait s'acquitter de 175 euros de frais d'inscriptions, sans compter la contribution de 91 euros que paient tous les étudiants. Mais la facture s'est vite alourdie…

Près d'un IFSI sur deux concerné

"Ils m'ont demandé de payer une attestation de formation pour les premiers secours de 200 euros", souligne-t-elle auprès d'Europe 1. "Il y a aussi des frais de service à 50 euros, dont ils ne savent pas expliquer ce qu'ils représentent. Et on a les tenues professionnelles qui sont censées être financées par l'institut de formation, à 85 euros. Ça revient très, très cher". Pour cette étudiante, les frais supplémentaires s'élèvent précisément à 335 euros.

Et Claire n'est pas la seule dans ce cas. Sur Parcoursup, sa filière a été la plus demandée, devant le droit et la première année commune des études de santé (PACES). Plus de 100.000 élèves sur les 900.000 inscrits sur la plateforme ont postulé pour un ou plusieurs IFSI. Or, près d'un institut sur deux (45%) ferait payer ces frais supplémentaires, dénonce la Fnesi, le syndicat étudiant de la filière, via une enquête inédite.

"Le sentiment d'avoir le couteau sous la gorge"

Pour son président, Bilal Latrèche, les élèves qui sortent du lycée se retrouvent ainsi piégés, obligés de payer : "il y a une pression exercée sur l'étudiant. On lui dit : 'si nous ne recevons pas ce chèque lors de la remise de ton dossier, tu ne seras pas admis à l'IFSI'", affirme-t-il sur Europe 1. "On ne peut pas recandidater par Parcoursup à un autre IFSI parce qu'il est trop tard. On a vraiment le sentiment d'avoir le couteau sous la gorge", confirme Claire. "D'autant qu'on nous donne des explications floues".

"L'argument qui ressort le plus souvent, c'est qu'il faut compenser un manque à gagner avec la suppression du concours", reprend Bilal Latrèche. Mais "ce n'est en aucun cas aux étudiants de pâtir du désengagement des pouvoirs publics".

Première année sans concours

En juillet 2018, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, et celle de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, avaient en effet annoncé la suppression du concours d'entrée en IFSI, une mesure visant justement à réduire les frais liés à l'inscription aux concours, ceux correspondant aux déplacements et au logement pendant les épreuves et le coût de l'inscription à des classes préparatoires, souvent privées.

D'après les calculs de la Fnesi, un étudiant en soins infirmiers débourse en moyenne 2.487 euros au moment de la rentrée, soit 247 euros de plus que pour les autres filières. Le syndicat appelle tout simplement les étudiants à ne pas régler ces frais supplémentaires, jugés "illégaux".

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par Thibauld Mathieu