Mariage de Harry et Meghan : le jeu des 7 différences avec le "royal wedding" de Kate et William

, modifié à
  • A
  • A
© Reuters
Partagez sur :
Le prince Harry épousera samedi l'actrice américaine Meghan Markle, un mariage de conte de fée mais qui ne devrait pas reléguer au second plan celui de son frère, William.

C'est le triste sort de tous les cadets : être sans cesse comparé à leur aîné… Samedi, le prince Harry épousera Meghan Markle, un peu plus de sept ans après le fastueux mariage de son frère, le prince William, avec Kate Middleton, considéré comme "le mariage du siècle". Si les futurs mariés ont sans doute à coeur d'organiser ce grand jour à leur image, ils n'échapperont pas à la comparaison. Mariage de l'année vs mariage du siècle, Europe1.fr a joué au jeu des sept différences.

La date. Harry et Meghan se diront "oui" samedi 19 mai. Une date qui ne plait pas vraiment aux Britanniques et pour cause, elle rompt la tradition qui veut que les mariages royaux soient célébrés en semaine et que la journée soit rendue fériée.

En 2011, le prince William et Kate Middleton s'étaient unis un vendredi - le 29 avril -, offrant ainsi un week-end de trois jours à leurs futurs sujets.

Le lieu. Ils ont choisi un lieu "très spécial" aux yeux d'Harry et où le prince et sa future épouse "ont régulièrement passé du temps depuis un an et demi", selon Kensington Palace. Le mariage d'Harry et Meghan n'aura donc pas lieu à Londres mais à 30 kilomètres de là, à Windsor.

En 2005, le père d'Harry avait épousé en secondes noces Camilla Parker-Bowle, à Windsor. Et sa cousine, la princesse Eugénie, s'y mariera aussi à l'automne.

La cérémonie. Meghan et Harry prononceront le fameux "I do" devant l'archevêque de Canterbury, dans la chapelle Saint-George de Windsor. Une église de bien plus modeste dimension que l'abbaye de Westminster où s'est marié son frère. Ainsi Meghan n'aura à parcourir "que" 77 mètres pour atteindre l'autel, alors que Kate avait mis près de 5 minutes pour rejoindre William qui l'attendait à plus de 100 mètres...

C'est dans cette chapelle Saint-George qu'Harry a été baptisé en décembre 1984, alors qu'il avait trois mois. C'est aussi cette chapelle qu'avaient choisie son père, le prince de Galles, et Camilla, pour la bénédiction de leur mariage en 2005.

 

Les invités. Qui dit église plus petite, dit aussi moins d'invités. Alors que Kate et William avaient convié pas moins de 1.900 personnes à la cérémonie, Harry et Meghan n'en ont invité que 600. Et contrairement au mariage de son frère, Harry n'est pas contraint par le protocole d'inviter chefs d'Etat et têtes couronnées. Donald Trump ou encore Emmanuel Macron n'ont donc pas reçu de faire-part… Les membres du gouvernement britannique ne seront pas non plus de la partie.

Coté people, William et Kate avaient placé la barre assez haut, avec notamment Elton John ou encore le couple Beckham. Mais Harry et Meghan pourraient faire encore mieux avec non pas une Spice Girl, mais les cinq ! La joueuse de tennis américaine Serena William, proche de la mariée, pourrait également être là. Mais Barack Obama, pourtant grand ami du futur marié, ne sera pas là...

Enfin, ils sont les invités les plus attendus du mariage d'Harry alors qu'ils n'étaient pas à celui de son frère, et pour cause… George, Charlotte et Louis, les enfants de Kate et William, devraient attirer tous les photographes.

La réception. Mariage royal oblige, ce n'est pas une mais deux réceptions qui suivront la cérémonie. En 2011, Kate et William avaient invité 650 personnes à Buckingham pour un déjeuner offert par la reine. Dans la soirée, un dîner en comité plus restreint - 300 personnes - s'était poursuivi jusqu'au bout de la nuit.

Harry et Meghan ont également prévu plusieurs réceptions. 600 invités ont été conviés à un déjeuner à St George's Hall, la plus grande salle du château de Windsor. Puis un dîner plus intime, avec 200 personnes, aura lieu à Frogmore House, un manoir à un kilomètre du château.

Mais Meghan et Harry ont surtout souhaité inviter 2.600 anonymes - dont des personnes engagées dans les associations caritatives que supporte le prince, des élèves des écoles locales ou encore des employés des résidences royales… Ils pourront voir le prince Harry et Meghan arriver à la chapelle St George puis les regarder partir comme jeunes mariés.

La robe. Elle sera détaillée et analysée, littéralement, sous toutes les coutures… Gardée secrète jusqu'au dernier moment, la robe de Meghan sera immanquablement comparée à celle de Kate. La duchesse de Cambridge avait choisi la couturière Sarah Burton, de la maison Alexander McQueen, pour réaliser sa robe. Dentelle de Calais, manches longues et traîne de 2,70m, le résultat était un parfait mélange de tradition et de modernité. Le tout pour la bagatelle de 285.000 euros. Une chose est sûre : pour éviter tout incident diplomatique au sein de la famille royale, la robe de Meghan - qu'elle paiera elle-même - devrait coûter moins cher.

Le bisou. C'est le moment que tout le monde attend : le bisou ! C'est Diana et Charles, les parents des princes William et Harry, qui avaient lancé la tradition du baiser sur le balcon du palais de Buckingham, en 1981. 30 ans plus tard, c'est Kate elle-même qui avait réclamé à son tout nouvel époux un baiser, alors qu'ils saluaient la foule rassemblée devant Buckingham.

Problème : il n'y a pas de balcon à Windsor… Mais Meghan et Harry devraient trouver un autre lieu pour échanger leur premier baiser. Une chose est certaine : ce ne sera pas pendant la messe de mariage, la religion anglicane l'interdit. Pour autant, le public pourrait ne pas avoir à attendre trop longtemps si les jeunes époux décidaient de s'embrasser sur le perron de l'église ou dans le carrosse qui les emmènera à travers les rues de Windsor.