Badge connecté, vélobus, pédibus : les nouvelles solutions pour emmener vos enfants à l’école

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'émission la France Bouge, sur Europe 1, passe en revue les solutions innovantes et écologiques pour emmener ses enfants à l'école, comme le ramassage scolaire par vélobus. 
LA FRANCE BOUGE

Emmener ses enfants à l'école relève parfois du casse-tête. Dans La France Bouge, sur Europe 1, trois entrepreneurs proposent des solutions innovantes et écologiques. Leurs initiatives : un badge connecté qui enregistre chaque montée et descente du bus scolaire, un service de ramassage scolaire en "vélobus" et une application pour permettre du "ramassage scolaire à pied". 

Gmini, un badge connecté pour enregistrer les montées et descentes des enfants 

Sébastien Tremey, fondateur de l'entreprise Groupeer, qui commercialise ce badge : "C'est un badge qui remplace la carte de transport. La carte de transport permet la validation une fois, quand elle est faite. Alors que ce badge va permettre de prendre en compte tous les enfants qui montent et descendent dans le car, pour s'assurer qu'aucun enfant n'a été oublié dans le bus.

Le chauffeur du bus a un terminal, comme un smartphone, sur lequel tourne une application mobile qui va lui donner plein d'informations, comme savoir s'il est à l'heure ou en retard. Et à la fin du service, l'application va vérifier qu'aucun enfant n'est resté à bord, et si c'est le cas, il va prévenir le chauffeur et l'exploitant. Tout est produit en France, en Savoie, et on fait travailler un centre d'aide pour le travail pour l'assemblage. Au départ, l'idée est venue de compter des gens très rapidement et très simplement. La première cible a été les moniteurs de ski, pour leur permettre de compter leurs élèves. On a travaillé dessus et ça a été beaucoup plus compliqué que prévu. On a fait quatre ans de recherche et développement pour arriver à un résultat satisfaisant.

Aujourd'hui, on a un peu de mal avec les collectivités, qui hésitent beaucoup à passer le pas. C'est très long et c'est notre principal enjeu. On est en train de déployer sur le Grand Avignon, ou encore l'Île de Ré. On a des expérimentations en cours avec Saint-Etienne Métropole pour le transport d'enfants handicapés. C'est comme tous les systèmes de validation, les parents ne paient pas mais ce sont les exploitants et les collectivités territoriales."

S'Cool Bus, un service de ramassage scolaire par "vélobus" 

Nicolas Catarino, codirigeant de S'Cool Bus : "L'inventeur de ce véhicule (le "vélobus") est au Pays-Bas. Un de nos amis a vu ce véhicule quand il y était en stage. On a souhaité pouvoir proposer un moyen de déplacement aux enfants. L'objectif ce n'est pas simplement de faire du transport, mais aussi de se servir du vélo comme outil pédagogique, pour les sensibiliser à des enjeux qui nous sont chers, notamment l'écologie.

Ce "vélobus" ressemble à une rosalie (un vélo, en général avec quatre roues, qui peut accueillir plusieurs passagers, ndlr), avec tous les dispositifs de sécurité nécessaires pour les enfants. On a huit enfants plus un "cool'ducteur", c'est le nom qu'on a donné aux conducteurs. Selon nos enquêtes, 94% des enfants sont motivés pour aller à l'école en S'cool bus,  contre 46% quand ils vont en voiture. Notre objectif c'est de changer les mentalités sur les modes de transport courts principalement. 86% des familles qui ont utilisé le S'Cool bus font évoluer leur mode de déplacement vers des modes de déplacement plus écologiques et plus inclusifs.

L'agglomération Seine-Eure nous a confié un contrat d'expérimentation pour deux ans, et depuis janvier nous avons dix véhicules opérationnels, sur six communes. C'est gratuit pour les enfants. L'école étant gratuite, c'était logique pour nous de ne pas faire payer les parents. Nous avons énormément de demandes, partout en France et dans le monde. Maintenant nous avons un partenariat avec l'inventeur du "vélobus" pour pouvoir fabriquer les vélos en France."

PetitBus, une application pour faire du ramassage scolaire "à pied" 

Olivier Bertil, fondateur de PetitBus : "Le projet est né il y a cinq ans, sur une réflexion de mobilité sans carbone, sur la ville intelligente et des thématiques écologiques. On a vu que la pratique du pédibus était vraiment marginale, on s'est alors dit que ce serait bien de créer une application pour permettre aux gens de dialoguer facilement et ensuite de pouvoir s'organiser pour accompagner ensemble les enfants vers l'école ou à des activités extra-scolaires.

Au départ, c'est un problème de confiance pour pouvoir s'entraider. Le principe c'est que je crée mon propre trajet, et d'autres parents peuvent venir se greffer. L'application est gratuite mais ça va changer dans les prochains mois. On vouilait d'abord faire grossir une communauté. Nous avons des partenariats avec des collectivités locale, mais c'est très long de travailler avec elles. Le but maintenant c'est de faire des packs aux associations ou aux villes, pour que ce soit gratuit pour les parents.

Il n'y a pas de contrainte particulière, notamment matérielles. Mais il faut pouvoir  communiquer avec les autres parents, alors on leur met à disposition des kits avec des flyers et des affiches à mettre dans les cahiers de classe notamment."