Violences sexuelles : une association "submergée" ferme son accueil téléphonique

, modifié à
  • A
  • A
Depuis l'affaire Weinstein, l'AVFT a vu le nombre de saisines doubler.
Depuis l'affaire Weinstein, l'AVFT a vu le nombre de saisines doubler. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Dans le sillage de l'affaire Weinstein, l'AVFT a dû fermer son accueil téléphonique en raison du nombre croissant d'appels de victimes. 

"Submergée par les saisines", l'association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) annonce mercredi qu'elle ferme son accueil téléphonique, ne pouvant plus "répondre à tous" et "assurer la défense des victimes" avec ses moyens actuels.

"Submergée par un flot ininterrompu de saisines des femmes victimes de violences sexuelles au travail mais aussi de professionnelles à la recherche d'informations, l'AVFT n'est plus en mesure de répondre à tout le monde et d'assurer son travail de défense de nouvelles victimes", indique dans un communiqué la déléguée générale de l'association, Marylin Baldeck.

223 femmes sur le dernier trimestre. L'association prend "une décision aussi difficile qu'inévitable : celle de fermer l'accueil téléphonique jusqu'à nouvel ordre" pour pouvoir "continuer d'apporter un soutien de qualité aux personnes qui nous ont déjà sollicitées". Entre 2015 et 2017, le nombre de saisines a doublé, précise-t-elle. Pour l'année 2017, dont le dernier trimestre a été fortement marqué par les conséquences de l'affaire Weinstein, 223 femmes ont saisi l'AVFT. "Trois mois" après l'affaire et "après la grandissante mise à l'agenda médiatique de la question du harcèlement sexuel au travail", "alors que l'AVFT fonctionne sans augmentation de subventions et donc d'effectifs depuis treize ans, il n'est pas difficile de comprendre que notre situation est absolument intenable", poursuit le communiqué.

Besoin de plus de moyens. Selon l'association, qui emploie cinq salariées, dont l'une en CDD jusqu'en novembre, "il faudrait une année entière pour tout faire". Le 25 novembre, en décrétant l'égalité femmes-hommes grande cause du quinquennat, le président de la République a déclaré que "la lutte contre le harcèlement sexuel au travail était inscrite au titre des priorités de l'inspection du travail mais sans moyen supplémentaire", regrette l'association. Pour poursuivre ses missions, elle demande "une augmentation substantielle de ses ressources financières" ainsi que le renforcement "des moyens et compétences de tous les acteurs concernés par la lutte contre les violences sexuelles au travail, particulièrement les acteurs publics".