Alzheimer : le déremboursement des médicaments serait "dramatique"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour Olivier de Ladoucette, président de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer, le déremboursement des médicaments créerait "une médecine à deux vitesses".
INTERVIEW

"J'ai du mal à comprendre le pourquoi de ce déremboursement". Invité d'Europe 1 Bonjour jeudi, Olivier de Ladoucette, président de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer s'interroge sur l'annonce d'Agnès Buzyn du déremboursement prochain des médicaments pour lutter contre cette maladie neurodégénérative. Une mesure préconisée par la Haute Autorité de santé, qui juge leur "intérêt médical insuffisant pour justifier leur prise en charge"

"Ceux qui n'ont pas les moyens vont s'interdire la prise de ce traitement". "Alzheimer est un drame et pour le moment c'est incurable", commence par rappeler Olivier de Ladoucette au micro d'Europe 1. "Mais avec le déremboursement, on va se retrouver avec une médecine à deux vitesses : d'un côté certains patients qui vont se dire que c'est une chance d'avoir un médicament et qui vont le prendre. Et de l'autre ceux qui n'ont pas les moyens et qui vont s'interdire la prise de ce traitement", prédit-il. "Il faut regarder de plus près les résultats scientifiques, il est clair qu'ils ont des effets secondaires et qu'il faut les prescrire à bon escient, mais il ne faut pas être dans cette logique qui consiste à jeter ces médicaments à l'opprobre", défend le médecin.

RETOUR SUR - Les médicaments contre Alzheimer vont bientôt être déremboursés :

"Toutes les prises en charge sont utiles". "Si demain ça s’arrête, c'est dramatique : actuellement, plus de la moitié des patients qui ont ces maladies qui ne sont pas diagnostiqués. Si vous leur dite d'aller dans un hôpital pour faire un bilan et qu'en même temps on dit que les médicaments ne sont pas efficaces, on aura encore moins de personnes dans le circuit thérapeutique", estime le spécialiste. "Alzheimer est une maladie médicale et psychosociale et toutes les prises en charge sont utiles : si on retire la possibilité de donner éventuellement un traitement à quelqu'un, on disqualifie toute la filière et on désorganise totalement les prises en charge".