Coronavirus : en Espagne, "le confinement commence à donner des résultats"

, modifié à
  • A
  • A
En Espagne, le confinement a commencé le 15 Mars, deux jours avant la France (photo d'illustration) 2:32
En Espagne, le confinement a commencé le 15 Mars, deux jours avant la France (photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, Arancha González, ministre espagnole des Affaires étrangères, revient sur les mesures mises en place dans son pays pour tenter d'endiguer la pandémie de coronavirus. Bien qu'en restant prudente, elle affirme que le confinement commence à donner des résultats, et appelle les autres États à se préparer à la situation que l'Espagne vit actuellement.
INTERVIEW

Avec plus de 7.000 morts, l'Espagne est le second pays le plus meurtri par la pandémie de Covid-19, qui frappe le monde depuis plusieurs mois. Il y a plusieurs semaines, le gouvernement espagnol, comme en France, a décidé du confinement total de la population. Et selon Arancha González​, ministre espagnole des Affaires étrangères et invitée de la matinale de Matthieu Belliard sur Europe 1, les premiers effets commencent à se faire sentir.

"On doit toujours rester très prudent mais c’est sûr que les efforts que nous avons faits et les mesures que nous avons prises il y a deux semaines avec le confinement de millions d’Espagnols commencent à donner des résultats", explique-t-elle au micro d'Europe 1. "Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut baisser la garde", prévient-elle, justifiant ainsi la réduction de "l’activité économique non-essentielle" décrétée par le gouvernement espagnol pour "s’assurer de la baisse de la courbe de l’épidémie".

Arancha González demande "un budget européen plus conséquent"

La ministre des Affaires étrangères prévient : "L'Espagne a une longueur d’avance par rapport à d’autres pays".  Arancha González​ espère ainsi que d'autres pays pourront bénéficier de l'expérience espagnole pour gérer la pandémie.

Si elle a un message aux décideurs européens, la ministre espagnole des Affaires étrangères appelle à "ancrer les décisions sur la science, les avis des scientifiques et des experts". Mais Arancha Gonzalez appelle aussi à plus de solidarité au niveau fiscal. "Il faudrait peut-être améliorer la trésorerie européenne. Il faudrait peut-être un budget européen plus conséquent", suggère-t-elle au micro d'Europe 1.

 

Europe 1
Par Ariel Guez