Remaniement : Sibeth Ndiaye porte-parole du gouvernement, Amélie de Montchalin et Cédric O secrétaires d'État

, modifié à
  • A
  • A
Sibeth Ndiaye
Sibeth Ndiaye est nommée porte-parole du gouvernement (photo d'archives). © AFP
Partagez sur :
Attendu avant le conseil des ministres de lundi, le remaniement a été officialisé dimanche soir. Trois membres de la garde rapprochée d'Emmanuel Macron font leur entrée au gouvernement. 

Sibeth Ndiaye, proche collaboratrice d'Emmanuel Macron chargée de la presse, a été nommée secrétaire d'Etat porte-parole du gouvernement, tandis que la députée LREM Amélie de Montchalin devient secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, a annoncé l'Elysée dimanche soir. Cédric O, conseiller du chef de l'Etat pour le numérique, devient secrétaire d'Etat au Numérique.

Des départs liés à des ambitions électorales. Tous trois remplacent respectivement Benjamin Griveaux (porte-parolat), Mounir Mahjoubi (Numérique) et Nathalie Loiseau (Affaires européennes) partis en raison de leurs ambitions électorales. Les deux premiers ambitionnent de conquérir la mairie de Paris, tandis que la dernière a été désignée tête de liste commune à LREM et ses alliés MoDem et Agir aux élections européennes. 

 

Il s'agit de la première expérience gouvernementale pour chacun des trois entrants. "A la suite de Nathalie Loiseau qui porte désormais la Renaissance de l'Europe, je veux mobiliser toute mon énergie à appliquer ce projet sur le terrain, dossier par dossier, pour apporter des solutions concrètes aux Français", a déclaré après sa nomination Amélie de Montchalin, dont la passation de pouvoirs avec sa prédécesseure devait avoir lieu en début de soirée.

Au total, dix membres du gouvernement ont quitté leurs fonctions depuis le début du quinquennat, une concentration de départs inédite en début de mandat. Parmi eux, on compte trois ministres d'Etat, François Bayrou, Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

La droite raille une gouvernement trop "techno". À droite, les critiques ne se sont pas faites attendre, notamment à l'encontre de la nouvelle porte-parole. "Donc celle qui avait dit 'la meuf est dead' en parlant de Simone Veil est nommée Porte-parole du gouvernement. Tout va bien en Macronie. #remaniement", a ainsi tweeté Lidya Guirous, porte-parole du parti Les Républicains, en référence à un SMS polémique attribué par le Canard enchaîné à Sibeth Ndiaye en réponse à un journaliste l'interrogeant sur la mort de Simone Veil. La principale intéressée avait démenti l'avoir écrit.

Mais la plupart des critiques tournent autour des anciens postes des nouveaux entrants : deux d'entre-eux étaient d'anciens conseillers élyséens, et Amélie de Montchalin se voit reprocher son manque d'expérience européenne. "Pour son remaniement, Macron choisit deux conseillers sur trois postes, encore un peu plus techno, encore un peu plus éloigné du peuple, tel est le destin de ce gouvernement", raille ainsi Valérie Debord, vice-présidente du conseil régional du Grand Est (LR), sur Twitter, avec le hashtag "#LeRoiEstSeul". "Emmanuel Macron préfère nommer ses collaborateurs au gouvernement plutôt que des élus du peuple...heureusement que Benalla est parti... il aurait pu finir ministre de l’intérieur...", a renchéri le député LR du Nord Sébastien Huyghe, lui aussi sur Twitter.

Quant au député LR du Pas-de-Calais, il s'en prend, lui, à Amélie de Montchalin : "Il est étonnant de noter la nomination d'Amélie de Montchalin, qui n'était membre ni de la Commission des Affaires étrangères, ni de la Commission des Affaires européennes, au poste de secrétaire d'Etat chargée des affaires européennes. C'est ça le nouveau monde ?", s'interroge-t-il sur le réseau social.