Gilets jaunes : Gérard Collomb estime qu’il y a eu "des usages disproportionnés de la force"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Gérard Collomb, invité dimanche du "Grand Rendez-vous" sur Europe 1, a estimé que la crise des "gilets jaunes" a soulevé plusieurs interrogations sur les techniques de maintien de l'ordre. 
INTERVIEW

Alors que le mouvement des "gilets jaunes" perd en vigueur, Gérard Collomb, qui a quitté le ministère de l’Intérieur quelques semaines avant le déclenchement de la crise, a estimé dimanche, au micro du Grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Échos, que l’exécutif avait peiné à gérer la situation d’un point de vue sécuritaire. "Je ne veux pas porter de jugement, mais il y a eu des cas où l’on voyait bien un usage disproportionné de la force", a-t-il relevé, tout en indiquant qu’il était du ressort de l’IGPN, la "police des polices", de déterminer s’il y avait eu, ou non, des violences policières.

"Ça pose un problème sur notre technique de maintien de l'ordre"

"Maintenir l’ordre dans des circonstances pareilles, c’est quelque chose d’extrêmement compliqué", explique par ailleurs le maire de Lyon. "Lorsque nous avons fait l’opération de Notre-Dame-des-Landes, j’avais peur tous les jours que quelqu’un se fasse tuer ou grièvement blessé par les opérations de reconquête", avoue-t-il.

Plusieurs décomptes font état d’une trentaine de mutilations survenues pendant les différentes manifestations des "gilets jaunes". "Ça pose un problème sur notre technique de maintien de l’ordre", concède Gérard Collomb, alors que l'utilisation de lanceurs de balle de défense (LBD) par les forces de l'ordre a été l'un des points les plus vivement critiqués.

"Il est clair que vous avez un certain nombre de fédérations de médecins qui se sont interrogées sur leur usage. Je crois surtout qu’il faut une formation adaptée. Et comme il fallait utiliser l’ensemble des forces de l’ordre face à l'ampleur de la menace dans certaines villes, il n’y avait pas toujours des gens aptes à pouvoir utiliser ce genre d’armes", poursuit l'édile. "Cette arme est une arme dangereuse, si l’on s’en sert sans formation", insiste Gérard Collomb. "Il est clair qu’à bout portant, elle peut faire des blessures terribles. Il faut un usage adapté."

Europe 1
Par Romain David