"Loto du patrimoine" : une bonne opération pour les joueurs ?

  • A
  • A
Deux jeux sont prévus en septembre : un "Super Loto", équivalent à celui d'un vendredi 13, et un jeu à gratter, édité à 12 millions d'exemplaires (photo d'illustration).
Deux jeux sont prévus en septembre : un "Super Loto", équivalent à celui d'un vendredi 13, et un jeu à gratter, édité à 12 millions d'exemplaires (photo d'illustration). © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Des tickets à gratter et un Super Loto dont les bénéfices financeront la restauration des monuments en péril doivent voir le jour en septembre. Au-delà de la bonne action, quelles seront les chances de gagner ? 

 

Soutenir la "grande cause" du patrimoine en tentant le jackpot. C'est ce que propose la PDG de la Française des Jeux (FDJ), Stéphane Pallez, à quelques mois du lancement de deux jeux inédits. En septembre, l'entreprise publique mettra en vente un jeu à gratter et les tickets d'un Super Loto dont les bénéfices - la part revenant habituellement à l'État - contribueront à aider la restauration de monuments en péril. L'opération, portée par l'animateur Stéphane Bern, devrait permettre de récolter 15 à 20 millions d'euros, selon les anticipations de la FDJ. Mais l'opération est-elle intéressante pour les joueurs ? Europe 1 fait le point.

Un jeu à gratter cher mais prometteur. Le premier jeu proposé est un ticket à gratter grand format (15x20 cm environ !), orné de photos de vestiges du patrimoine français. Édité à 12 millions d'exemplaires, il sera disponible le 3 septembre dans les points de vente habituels, au prix de… 15 euros. C'est plus cher qu'aucun jeu à gratter actuellement vendu en France, comme le souligne Le Parisien. Jusqu'à présent, la "mise" maximale correspond à une somme de 10 euros, pour un "Millionnaire" ou un "Méga Mots croisés".

Au-delà de la bonne action, l'investissement vaut-il le coup pour les acheteurs ? Oui, d'après Stéphane Pallez, qui promet un geste "pas très risqué". La FDJ assure d'abord qu'un ticket sur trois sera gagnant, d'au moins 15 euros, soit le prix payé par le consommateur. C'est plus que la moyenne des jeux de grattage français, d'environ un ticket gagnant sur quatre. Dans le détail, ce taux est par exemple d'un sur 3,87 pour un "Cash" et d'un sur 4,24 pour un "Banco".

12 tickets à 1,5 million d'euros. Plus cher, le jeu à gratter du patrimoine propose aussi un gain maximal plus élevé, fixé à 1,5 million d'euros. C'est plus que tous les tickets à gratter existants. D'après Le Parisien, six des douze millions de tickets produits permettront de remporter cette somme, huit offriront un chèque de 150.000 euros, et 20 la somme de 15.000 euros. Des probabilités d'empocher le jackpot plus élevées que pour le Millionnaire, par exemple : sur le même nombre de tickets du jeu, seuls 2 permettent de gagner un million d'euros.

Quid du "Loto du Patrimoine", dont le tirage aura lieu le 14 septembre ? Il sera équivalent à d'autres tirages exceptionnels, comme celui d'un vendredi 13, par exemple. La grille sera donc vendue au prix de 3 euros, permettant à l'État de récolter jusqu'à 5 millions pour la restauration des monuments. Les chances de gagner n'auront donc rien d'exceptionnel : environ une sur 19 millions d'avoir tous les bons numéros. C'est peu, mais plus qu'à l'Euromillion, par exemple : organisé à l'échelle d'une bonne partie des pays d'Europe de l'ouest, le jeu n'offre qu'une chance sur 116 millions de voir la couleur du Jackpot.