Le batteur Manu Katché revient sur les collaborations l'ayant marqué

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le batteur était l'invité de David Abiker, dimanche, dans "C'est arrivé demain", pour présenter son sixième album solo "Unstatic" qui sortira le 11 mars prochain. 

"Un titre qui ne veut rien dire". Tout de go, Manu Katché l'avoue en riant : le titre de son dernier album, Unstatic, n'a aucun sens. Le célèbre batteur était l'invité de David Abiker, dimanche, dans "C'est arrivé demain", pour présenter son sixième album solo, dans les bacs le 11 mars prochain. "L'un des musiciens, Jim Watson, le pianiste, m'a dit : 'c'est dingue parce que ça sonne totalement familier, mais en même temps ça ne veut rien dire'", raconte ainsi l'artiste de 57 ans. 

Pour cet album très jazz, le batteur s'est entouré d'une équipe de musiciens dont il s'est inspiré. "Quand je compose, j'ai ces musiciens-là en tête. Ce qui est important au niveau des titres, ce sont les gens qui vont les jouer. Je sais où je peux aller et où je ne peux pas aller", explique celui qui a joué pour des artistes de renommée comme Dire Straits, Tracy Chapman ou encore Simple Minds. 

Aux Bahamas avec Sheila et Mick Jagger. Manu Katché a même joué "il y a longtemps" pour Sheila. Mais lors de cet enregistrement aux Bahamas, la chanteuse "n'était pas très présente", se souvient-il. "Elle était principalement au téléphone avec je ne sais qui". Surtout, "le plus drôle", c'est que Mick Jagger enregistrait lui aussi un album, juste à côté. "Pour la petite anecdote, le batteur a eu un problème avec sa batterie et je lui ai loué la mienne car j'avais fini plus tôt", livre Manu Katché.

Peter Gabriel l'a lancé à l'international. Mais si l'ancien juré de la Nouvelle Star a usé ses baguettes pour de nombreux grands noms, il lui est "impossible" de garder en tête une collaboration plus qu'une autre. Sinon "celle que je n'ai pas encore faite", lance-t-il. Car "toutes les collaborations s'enchaînent et m'ont apporté ce que je suis devenu aujourd'hui musicalement", développe-t-il. Celle avec Peter Gabriel semble toutefois marquer un tournant dans sa carrière.

L'artiste britannique, arrivé après sa collaboration avec Michel Jonasz, "me donne la chance de m'exporter", développe Manu Katché dont la carrière décolle avec sa participation, en 1986, à l'album So dont est issu le tube Sledgehammer. Près de 20 ans plus tard, on peut d'ailleurs encore voir le musicien accompagner Peter Gabriel en tournée, comme ici en 2013 : 

L'apprentissage auprès des plus grands. "Juste derrière il y a Sting et Joni Mitchell, donc il y a cette espèce de trio, très très important, qui m'a permis d’être ce que je suis profondément aujourd'hui", précise le batteur. De formation musicale classique au départ, avant de se diriger vers le rock, Manu Katché a appris auprès de ces artistes une autre façon de concevoir et de faire la musique "au-delà des codes musicaux".

Trente ans après ces débuts internationaux, le musicien sera en concert le 7 avril prochain à l'Olympia, à Paris. "On va faire de la musique, ça va être un peu jazz, un peu mélangé comme je suis moi, avec un petit peu de pop, de folk, avec plein d'influences". Une fête avec ses copains musiciens pour lesquels il travaillé : Stephan Eicher, Raul Midón, Sting, etc. "Mes potes, quoi!"

>> Retrouver l'intégrale de l'émission de David Abiker, "C'est arrivé demain", en cliquant ici

Les émissions précédentes
animateur
Par Europe 1