"Il nous prend carrément pour des cons" : les "gilets jaunes" s'agacent des annonces d'Édouard Philippe

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après les annonces du Premier ministre, parmi lesquelles le moratoire sur la taxe carburant, les "gilets jaunes" sont toujours très remontés contre le gouvernement, comme ont pu le constater les reporters d'Europe 1 en Bretagne et en Provence.

REPORTAGE

Édouard Philippe a-t-il réussi à apaiser la colère des "gilets jaunes" ? Sur les barrages, nombreux à ne pas avoir été levés mardi, ce n'est pas la tonalité ambiante. Beaucoup de "militants" refusent de se laisser "endormir" par le moratoire, et sont tentés par une poursuite du mouvement.

"On s'en fout qu'ils gèlent". À Lorient, dans le Morbihan, une cinquantaine de "gilets jaunes", désormais seuls après la levée de camp des entrepreneurs de travaux publics, bloquaient toujours le gros dépôt pétrolier de la ville mardi soir. Nathalie en fait partie. Elle fulmine contre ce moratoire de six mois sur les hausses de taxes sur les carburants, annoncé par le Premier ministre, qui n'est pour elle qu'un rideau de fumée. "On s'en fout qu'ils gèlent, on s'en fout qu'ils suspendent ! Nous, on veut l'arrêt complet. Et que l'ISF revienne", intime-t-elle au micro d'Europe 1.

Entendu sur europe1 :
Dans six mois, ce sera toujours le même souci. Je n'aurai toujours pas d'argent pour payer les factures

À côté d'elle, Georges soupire, las : "Édouard Philippe ne va pas alourdir notre barque pendant six mois, certes. Mais dans l'immédiat, il n'améliore pas notre sort." Les annonces du locataire de Matignon n'ont pas non plus réussi à calmer la colère de Laetitia, mère de deux jeunes enfants. "Dans six mois, ce sera toujours le même souci. Je n'aurai toujours pas d'argent pour payer les factures. On nous lâche deux-trois trucs, histoire que l'on se calme. Mais je ne suis pas du genre à me calmer, moi. Pour que je décide d'arrêter le mouvement, il faudrait que je ne galère plus avec mes deux gosses tous les jours. Que le 10 du mois, je ne sois pas obligée de me demander si j'achète des couches ou si je vais chez le médecin. C'est grave !", s'emporte la Lorientaise.

Carburants : un "moratoire", ça veut dire quoi ?

"On n'est pas bêtes !" Partout en France, l'aigreur gagne du terrain, concomitamment au sentiment, désormais bien ancré, que le gouvernement ne comprend rien au quotidien difficile de sa population. À La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône, Monique, la cinquantaine, est mobilisée depuis le 17 novembre, jour de "l'acte 1" des "gilets jaunes". Le "geste" annoncé par Édouard Philippe sur le prix des carburants l'a plus crispée qu'autre chose. "Un geste ? Mais il nous prend carrément pour des cons ! Ce n'est pas parce qu'on touche de petits salaires qu'on est bêtes", s'agace cette femme, qui gagne 700 euros par mois.

À Brignoles, en Provence, où Europe 1 se délocalise mercredi, le sentiment de déclassement est "amplifié" par l'attitude d'Emmanuel Macron. "Il nous méprise quand il parle", répète un "gilet jaune". Plus loin, une autre, exaspérée, égraine les "petites phrases" rabâchées par l'exécutif depuis le début de la crise. "'On va garder le cap, vous n'avez pas compris'… Mais on a tout compris, Monsieur Macron ! C'est vous qui ne comprenez rien."

Entendu sur europe1 :
S'il faut rester sur les ronds-points pour Noël et le 1er de l'an ici, on restera

Dès lors, que ce soit à Lorient, La Ciotat ou Brignoles, tous les "gilets jaunes" que nous avons rencontrés mardi soir sont déterminés à poursuivre la mobilisation tant que de vrais changements ne seront pas opérés. Monique plaide, comme d'autres, pour "mettre le smic à 1.700 euros", car "c'est la base pour vivre." "Eux, ils gagnent des millions par jour, et nous, on est dans la misère. On est là et on y reste", jure-t-elle. "S'il faut rester sur les ronds-points pour Noël et le 1er de l'an ici, on restera", assure de son côté Laetitia.   

Tout en rechargeant des palettes de bois pour faire du feu et ainsi étendre le blocage à La Ciotat, Monique confie : "Je suis en chimiothérapie, et pourtant je suis là, debout. Pour la France."