David Foenkinos : "Je me sens très éloigné de mes premiers romans"

  • A
  • A
10:09
Partagez sur :
"La délicatesse" a marqué un tournant pour l'écrivain, mettant fin à presque dix ans de carrière en demi-teinte.
INTERVIEW

Il en est au numéro 18 de sa bibliographie. Vers la beauté, son dernier roman, est sorti chez Gallimard le 22 mars. Et David Foenkinos l'admet, presque gêné : "Il démarre très bien". Depuis plusieurs sorties déjà, l'auteur vogue sur le succès. Charlotte en 2014, avait récolté les prix Renaudot et Goncourt des lycéens. L'avant-dernier, Le mystère Henri Pick, est en cours d’adaptation au cinéma avec Fabrice Luchini. Et pourtant, le romancier, invité samedi de l'émission Ceci dit, a connu nombre de déconvenues.

"Je souhaite beaucoup de courage à ceux qui vont les lire". Au départ, entre un avenir de musicien ou d'écrivain, son cœur balance. La hasard a voulu que son premier manuscrit soit publié chez Gallimard, avant qu'il ne trouve un bassiste pour monter un groupe. La littérature a ainsi pris le pas sur la musique. Mais il s'en est fallu de peu, car toutes les autres maisons d'édition avaient refusé l'ouvrage. Le comble, c'est que l'auteur lui-même pense de plus en plus qu'à la place d'un éditeur, il se serait abstenu de publier : "Je me sens très éloigné de mes premiers romans que je trouve un peu fous, un peu de burlesque et je souhaite beaucoup de courage à ceux qui vont les lire", glisse-t-il. 

Entendu sur europe1 :
Je me suis habitué pendant presque dix ans à avoir assez peu de lecteurs. Puis il y a eu le phénomène de La Délicatesse

Le succès, à 36 ans, au bout de huit romans. Il a d'ailleurs aussi connu quelques grands moments de solitude, comme cette fois où il était en dédicace et qu'une seule personne s'est présentée dans la librairie. Sauf que cette femme lui a même fait l'aveu qu'elle errait dans le magasin parce qu'elle avait oublié ses clés... Puis, la transition miraculeuse s'est faite avec le huitième roman, La Délicatesse. "J'avais 36 ans". Il vend un million d'exemplaires et le roman, adapté au cinéma, est même nommé deux fois aux César. "Le plus surprenant est d’avoir rencontré le public avec mes romans. Je me suis habitué pendant presque dix ans à avoir assez peu de lecteurs. Puis il y a eu le phénomène de La Délicatesse et les lecteurs qui m’ont suivi pour un livre difficile comme Charlotte, ça c’est inimaginable pour moi", conclut l'écrivain.

Europe 1
Par A.D