Déconfinement : Medef, CFTC et CFDT fixent les conditions d'un retour au travail

, modifié à
  • A
  • A
Avec le Medef, la CFTC et la CFDT ont signé une déclaration commune pour une reprise progressive de l'activité économique et sociale en France. 0:54
Avec le Medef, la CFTC et la CFDT ont signé une déclaration commune pour une reprise progressive de l'activité économique et sociale en France. © Jacques DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
À l'issue de leur visioconférence avec le Premier ministre Édouard Philippe, Medef, CFTC et CFDT ont signé une déclaration commune. Les organisations sont pour une reprise progressive de l'activité économique dans des conditions de sécurité optimales pour les salariés.

Ils se sont accordés sur une déclaration commune. Jeudi après-midi le Premier ministre s'est entretenu avec les syndicats pour évoquer la reprise du travail à partir du 11 mai, comme il l'avait indiqué mardi lors de la présentation de son plan de déconfinement. Alors que la France a enregistré un repli inédit de 5,8% de son PIB au premier trimestre 2020, Medef, CFTC et CFDT ont signé une déclaration commune à l'issue de cette réunion, sur fond de crainte d'une seconde vague épidémique. 

Le dialogue social, levier essentiel pour trouver les bonnes solutions

Les trois organisations syndicales s'accordent sur une reprise progressive de la vie économique et sociale française, dans des conditions de sécurité optimales pour les salariés. Elles rappellent que le dialogue social est un levier essentiel pour trouver les bonnes solutions en entreprise, mais aussi au niveau national. Elles fixent également les conditions sanitaires d'un retour au travail, notamment le respect des gestes barrières et la fourniture de masques, et pointent la nécessité d'organiser au mieux les trajets domicile-travail. 

Vers un élargissement de la reconnaissance du Coivd-19 comme maladie professionnelle ? 

D'autres sujets ont été abordés lors de cette visioconférence, comme l'élargissement de la reconnaissance du coronavirus comme maladie professionnelle à tous les salariés, et non plus aux seuls soignants. Une élargissement souhaité par une large partie des organisations. "De l'avis des syndicats présents, le gouvernement semblerait favorable à un assouplissement de la mesure", rapporte à ce propos le site PublicSénat.fr.

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Ugo Pascolo