Attentat de la rue Copernic : 37 ans après, le parquet demande le renvoi aux assises du seul suspect

, modifié à
  • A
  • A
Hassan Diab est le seul suspect de l'attentat de la rue Copernic.
Hassan Diab est le seul suspect de l'attentat de la rue Copernic. © AFP
Partagez sur :

Trente-sept ans après l'attentat de la rue Copernic, le principal suspect Hassan Diab pourrait être renvoyé aux assises. 

Le parquet de Paris a requis le renvoi devant une cour d'assises spéciale de l'unique suspect de l'attentat à la bombe qui a fait quatre morts et une quarantaine de blessés, le 3 octobre 1980, devant la synagogue de la rue Copernic à Paris.

"Charges suffisantes". Le parquet estime "les charges suffisantes" à l'encontre d'Hassan Diab, tout en relevant qu'il existe des "doutes" sur sa présence à Paris au moment des faits qui devront être débattus devant la cour, selon une des sources. Extradé en novembre 2014 du Canada et placé depuis en détention provisoire, le Libano-Canadien a toujours clamé son innocence.

Attentat non-revendiqué en 1980. L'enquête, l'une des plus anciennes à Paris, a attribué l'attentat, non revendiqué, au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), un groupe né d'une scission du FPLP, et les renseignements français avaient identifié Hassan Diab comme celui qui avait confectionné l'engin explosif, caché sur une moto.

Détention provisoire. Extradé en novembre 2014 du Canada, le Libano-Canadien de 64 ans, qui a toujours clamé son innocence, avait été mis en examen et placé en détention provisoire. Le parquet relève plusieurs éléments à charge: "des notes de renseignement convergentes et réitérées", la ressemblance de Diab avec des portraits-robots réalisés à l'époque, la découverte d'un passeport à son nom avec des tampons d'entrée et de sortie d'Espagne d'où serait parti le commando.