Manifestations non autorisées : Xavier Bertrand demande de la "prison ferme pour ceux qui ne se dispersent pas"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le président des Hauts-de-France a appelé l'État à plus de fermeté face aux manifestations de "gilets jaunes", dimanche, dans Le Grand Rendez-Vous d'Europe 1.
INTERVIEW

"Il ne faut pas avoir peur d'appliquer la loi." Dimanche, dans Le Grand Rendez-Vous d'Europe 1, Xavier Bertrand a appelé le gouvernement à faire preuve de la plus grande fermeté face aux débordements des "gilets jaunes", et notamment aux personnes qui se rendent dans des manifestations non autorisées.

Suffisamment de choses dans l'arsenal législatif, "même avant la loi anti-casseurs"

"Quand vous venez dans une manifestation qui n'est pas autorisée, vous avez un process qui s'appelle la sommation", a détaillé le président des Hauts-de-France. "Quelqu'un avec un mégaphone dit : 'maintenant dispersez-vous'. Il ne s'agit pas de tirer, il s'agit de prévenir. S'ils ne se dispersent pas, c'est de la prison ferme." Et l'élu d'estimer que "même avant la loi anti-casseurs, il y avait suffisamment de choses dans l'arsenal législatif et réglementaire pour mettre ces blacks blocs hors d'état de nuire".

Xavier Bertrand a par ailleurs regretté de ne pas disposer des chiffres sur les peines de prison ferme décidées à la suite d'interpellations en marge des rassemblements de "gilets jaunes". "On ne doit pas laisser s'installer un sentiment d'insécurité", a-t-il asséné. "On ne peut pas faire preuve de naïveté."