Enquête sur l’origine du coronavirus : "La Chine ne joue pas le jeu"

  • A
  • A
2:44
© AFP
Partagez sur :
La Chine a récemment accepté qu’une équipe de l’OMS vienne sur son territoire pour enquête sur l’origine du coronavirus. Un progrès pour Antoine Bondaz, professeur à Sciences-Po, mais ce spécialiste de la Chine rappelle que le régime de Pékin n’a pas vraiment été coopératif jusque-là.
INTERVIEW

Un an après l’apparition officielle du coronavirus, qui a causé la mort d’1,7 million de personnes dans le monde, les scientifiques ignorent toujours comment le virus est apparu et comment il s’est transmis à l’être humain. Tout juste sait-on que le premier foyer d’importance a trouvé sa place à Wuhan, une ville désormais mondialement célèbre. C’est pour répondre à cette question cruciale qu’une équipe de l’OMS se rendra dans le pays en janvier, après le feu vert - enfin- des autorités chinoises. Mais Antoine Bondaz, professeur à Science-Po, reste prudent. "Sur ce point-là, la Chine ne joue pas le jeu pour l'instant", estime-t-il jeudi sur Europe 1.

"Cela fait bien longtemps que l’OMS avait réclamé de se rendre en Chine, puisque la demande date du printemps 2020", rappelle Antoine Bondaz. "Ce qui est paradoxal, c'est qu'il y a eu extrêmement peu d'avancées sur l'origine du virus, alors même qu’en parallèle, il y a plusieurs dizaines de vaccins qui sont en cours d'homologation qui le seront au cours de l'année 2021."

"L'objectif, ce n'est pas de rendre la Chine responsable"

L’expert pointe aussi une certaine paranoïa du régime chinois. "L'objectif de mieux comprendre l'origine du virus et l'origine de la pandémie, ce n'est pas tant de rendre la Chine responsable de l'ensemble de la pandémie sur le plan politique, mais c'est surtout sur le plan scientifique de mieux comprendre cette pandémie afin d'éviter et de mieux se préparer aux prochaines", explique-t-il. "Et cela est extrêmement important non seulement pour la Chine, mais aussi pour le reste du monde."

Le problème, c’est aussi que les autorités ont profité de la crise sanitaire pour raffermir encore son autorité. "Le succès sanitaire chinois qui, de fait, a réussi en quelques semaines à circonscrire de façon géographique et de façon temporelle la crise à la province du pays et à la fin du mois de février, début du mois de mars, a été associé à une gestion autoritaire, notamment de l'accès à l'information", relève Antoine Bondaz. "À partir de la fin du mois de janvier, la censure et la propagande chinoise ont été considérablement renforcée et cela s'est traduit notamment par l'arrestation de plusieurs journalistes et citoyens. Et cela, évidemment, c'est extrêmement inquiétant."