Yvelines : trois adolescents piégeaient des pédophiles et les dépouillaient

  • A
  • A
Les adolescents attiraient leurs victimes sur Instagram.
Les adolescents attiraient leurs victimes sur Instagram. © ARUN SANKAR / AFP
Partagez sur :
Trois jeunes âgés de 15 à 17 ans ont été interpellés par les policiers après avoir dépouillé des hommes qu'ils attiraient en se faisant passer pour une fille de 12 ans sur Instagram.

L'histoire, racontée par Le Parisien, est pour le moins originale. Trois adolescents âgés de 15 à 17 ans ont été interpellés, hier, en région parisienne, après avoir dépouillé plusieurs hommes. Jusqu'ici, rien d'extraordinaire dans le monde des affaires crapouilleuses. Mais pour attirer leurs victimes, les jeunes gens s'étaient fait passer sur les réseaux sociaux... pour une fille de 12 ans.

Sans se méfier, les hommes contactés se rendaient au lieu de rendez-vous fixé par "une personne contactée sur Internet", a raconté l'un d'entre eux sans donner plus de précision. Mais une fois sur place, ce dernier a été agressé par trois hommes cagoulés qui l'ont menacé avec une bombe lacrymogène et un pistolet pour qu'il cède portefeuille, carte bancaire, téléphone portable et casque et gants de moto. Alertée, la police municipale a d'abord retrouvé deux jeunes garçons de 15 et 16 ans correspondant à la description laissée par l'homme dépouillé. Quelques jours plus tard, un troisième a été arrêté à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine.

Les ados se disent "justiciers", les enquêteurs doutent

Les trois suspects ont alors livré leur mode opératoire particulièrement spécial. Le plus âgé se faisait en effet passer sur le réseau social Instagram pour une fille de 12 ans. Cela lui permettait de nouer des contacts avec des hommes pédophiles et de les attirer dans des guet-apens. Au total, les enquêteurs attribuent au trio trois agressions et une tentative.

Reste à savoir quelles étaient les motivations exactes des adolescents. Eux ont expliqué devant les forces de l'ordre se sentir comme des "justiciers". Mais les enquêteurs émettent des doutes. Selon les informations recueillies par Le Parisien, l'auteur de l'entourloupe n'a "eu l'idée de répondre 12 ans" que lorsqu'on "lui a demandé son âge" sur Instagram. Et s'est dit surpris des réactions suscitées par cette annonce, et notamment de l'envoi de "vidéos sexuelles" par des hommes plus âgés. Ce qui sous-entend qu'il n'avait pas l'intention, au départ, de cibler spécifiquement des pédophiles. "Les intentions crapuleuses du jeune homme et de ses complices ne font pas de doute pour les policiers", précise le quotidien.

Reste qu'il est compliqué de trouver d'autres victimes, celles-ci ayant probablement peu envie d'avoir maille à partir avec la police. L'adolescent de 17 ans, lui, a été mis en examen vendredi pour extorsion.

Les + lus