Riad Sattouf : "La bande dessinée est le langage universel de l'être humain"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le dessinateur de BD Riad Sattouf, invité d'Eva Roque et Matthieu Noël sur Europe 1, assure avoir pensé sa série "L'Arabe du futur" "pour les gens qui ne lisent pas de bandes dessinées".
INTERVIEW

Riad Sattouf "ne destine pas forcément (ses) livres à un public en particulier" mais ses bandes dessinées sont lues par "énormément d’enfants et de jeunes", confie-t-il à Eva Roque et Matthieu Noël sur Europe 1. Et son jeune public, pour qui il ne se "censure absolument pas", aura l'occasion de le rencontrer lors du Salon du livre et de la presse jeunesse, qui se tient jusqu'à lundi à Montreuil.

"Dans les cavernes, c’étaient des BD que les mecs dessinaient." Pas de public spécifique donc. Mais il assure toutefois avoir pensé sa série L'Arabe du futur "vraiment pour les gens qui ne lisent pas de bandes dessinées" : "J'ai énormément de lecteurs qui viennent me voir et qui sont extrêmement fiers de me dire que c'est la première BD qu'ils ont lue." Et pour ceux qui n'ont jamais lu de bande dessinée, il conseille tout simplement de "se lancer et puis ça vient tout seul puisque la bande dessinée est le langage universel de l'être humain. Dans les cavernes, c’étaient des BD que les mecs dessinaient".

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"J'avais déjà un ego hypertrophié quand je n'avais pas de succès." Preuve du succès qu'il rencontre, Riad Sattouf fait l'objet d'une exposition au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris. Mais ce succès ne change rien pour lui dans l'approche de son métier, assure-t-il : "Je n'ai pas l'impression d'être plus passionné aujourd'hui que je ne l'étais dans les quinze années où j'avais beaucoup moins de lecteurs. Je n'ai pas tellement changé." "Il se trouve aussi que j'avais déjà un ego hypertrophié quand je n'avais pas de succès donc il n'a pas augmenté particulièrement depuis que j'en ai", ajoute-t-il sur le ton de la plaisanterie.