Coronavirus : la France franchit la barre des 80.000 morts, les hospitalisations élevées

, modifié à
  • A
  • A
La France a dépassé mardi la barre des 80.000 morts depuis le début de l'épidémie.
La France a dépassé mardi la barre des 80.000 morts depuis le début de l'épidémie. © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Alors que le Parlement a donné son feu vert à une prolongation de l'état d'urgence jusqu'au 1er juin, la France a dépassé mardi la barre des 80.000 victime du Covid-19. De son côté, l'OMS s'inquiète d'une baisse d'efficacité de certains vaccins contre le variant sud-africain du coronavirus.
L'ESSENTIEL

Le Parlement a donné son feu vert à une prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin, tandis que la France a dépassé la barre des 80.000 décès liés à l'épidémie de Covid-19. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué son souhait de rendre "le plus tôt possible des libertés aux Français". De son côté, l'OMS s'est montrée inquiète en conférence de presse, mardi, de la baisse d'efficacité de certains vaccins - dont celui d'AstraZeneca - contre le variant sud-africain du Covid-19.

Les informations à retenir : 

  • 80.000 morts en France depuis le début de l'épidémie
  • Le Parlement a donné son accord à une prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'en juin 
  • L'OMS s'alarme d'une baisse d'efficacité de certains vaccins contre le variant sud-africain

Plus de 80.000 décès en France liés au Covid-19

La France a franchi mardi la barre des 80.000 morts liés au Covid-19, avec plus de 700 nouveaux décès à l'hôpital ainsi que dans les Ehpad, selon les données publiées sur le site du gouvernement. Entre lundi et mardi, 439 malades du Covid-19 sont décédés à l'hôpital, selon l'agence sanitaire Santé publique France qui publie elle aussi chaque soir des données liées à l'évolution de la maladie. 

Au moins 3,3 millions de cas de contaminations ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie, dont 18.870 dans les dernières 24 heures.

Le nombre d'hospitalisations liées au Covid-19 reste élevé, avec un total de 27.677, dont 1.926 hospitalisations en 24 heures, contre 1.889 lundi, selon les chiffres du gouvernement. Au moins 333 personnes ont été nouvellement admises en réanimation, contre 355 la veille. 

Feu vert du Parlement sur l'état d'urgence sanitaire jusqu'en juin

Le Parlement a donné mardi son feu vert à une prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin, malgré l'opposition de la droite comme de la gauche. La majorité n'a pas fait le plein et le projet de loi de prorogation a été validé par 278 votes pour, 193 contre et 13 abstentions. Créé en mars 2020 face à l'épidémie de Covid-19, l'état d'urgence sanitaire est la base notamment du couvre-feu national à 18 heures. 

Quasiment tous les députés hors majorité ont voté contre. Les parlementaires relaient la lassitude de la population et le ras-le-bol des restaurateurs, stations de ski ou encore des étudiants, voire les menaces de désobéissance. Au-delà, droite comme gauche dénoncent une "banalisation" de ce régime particulier. 

Olivier Véran veut "rendre des libertés aux Français"

Une situation "stable" mais "élevée" en France. C'est le constat qu'a fait le ministre de la Santé Olivier Véran, mardi matin sur Franceinfo. "Il est possible que l'on ne soit jamais reconfinés", a-t-il affirmé, indiquant son souhait de rendre "le plus tôt possible, des libertés aux Français". 

En ce qui concerne la vaccination, la France est "passée devant l’Allemagne et l'Italie" en termes de rythme d'injection de la première dose, a par ailleurs assuré le ministre. Entre 3,5 et 4 millions de personnes auront reçu cette dose fin février, selon lui. 

Quatre musées ont rouvert à Perpignan 

Première en France : le maire RN de Perpignan a rouvert mardi quatre musées de la ville, malgré une saisine de la justice et le maintien de tous les musées du pays fermés en raison de l'épidémie. "Il y a un virus, on l'a pour longtemps, il faut vivre avec. Des variants il y en aura, des virus il y en aura. Il y a des traitements, il y a la vaccination, il y a toutes les précautions qu'on prend, habituons-nous. Et cela commence par expérimenter des choses", a indiqué Louis Aliot. 

Lundi, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait répété que les musées et les monuments seraient les premiers à rouvrir "quand nous aurons une décrue", critiquant "des initiatives purement politiciennes (qui) ne défendent pas la cause de la culture".

Le vaccin de Sanofi devrait arriver d'ici "septembre-octobre", selon Pannier-Runacher

Invitée mardi d'Europe 1, la ministre chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a assuré que le vaccin de Sanofi devrait être prêt d'ici "septembre-octobre". "(Le vaccin de) Sanofi devrait arriver plus tôt, vers septembre-octobre et pas décembre", a-t-elle assuré. Sanofi, qui a pris un retard conséquent sur le développement de son vaccin contre le coronavirus, a affirmé être en mesure d'être prêt d'ici le dernier trimestre de l'année 2021. 

La ministre est par ailleurs revenue sur les critiques contre la campagne de vaccination européenne, notamment sur les problèmes de production. "Nous payons, en particulier en France, 30 ans de désindustrialisation", a reconnu Agnès Pannier-Runacher

Dans les écoles, la circulation des variants inquiète

Alors que le nouveau protocole sanitaire renforcé est entré en vigueur dans les écoles, lundi, exigeant notamment les masques de catégorie 1 pour le personnel et pour les enfants, ainsi qu'une distanciation à la cantine de deux mètres, les professionnels restent inquiets face à la circulation des variants. 

Un dépistage massif est ainsi organisé à Eaubonne, dans le Val d'Oise, où deux cas positifs au variant sud-africain ont été détectés dans un collège. Les élèves du collège Jules Ferry, touché par le variant et fermé depuis lundi, sont prioritaires pour réaliser ces tests, tout comme leurs parents. Lisez notre reportage sur place. 

"L'ensemble des mesures qui ont été proposées par l'Education nationale peinent à se mettre en place et donc ne seront pas assez rapidement efficaces pour ralentir la circulation du virus", a de son côté pointé du doigt Jocelyne Grousset, secrétaire générale adjointe du Syndicat National des médecins scolaires et universitaires. "On est dans une circulation extrêmement importante au niveau des écoles, il vaut mieux suspendre l'activité scolaire pour permettre une rupture de la chaîne", ajoute-t-elle. 

L'OMS s'alarme de la baisse d'efficacité de certains vaccins face au variant sud-africain

L'OMS s'est montrée inquiète quant à l'efficacité de certains vaccins contre le variant sud-africain du coronavirus. Un sentiment qui provient notamment des résultats d'une étude de l'université du Witwatersrand, à Johannesburg, selon lesquels le sérum mis au point par AstraZeneca a un taux d'efficacité de 22% contre ce variant. 

"On ne veut pas se retrouver dans une situation où on aurait vacciné un ou deux millions de personnes avec un sérum qui ne protège pas des formes graves et des hospitalisations", craint au micro d'Europe 1 Salim Abdool Karim, épidémiologiste qui conseille les autorités Sud-Africaines.

L'animal à l'origine de la pandémie pas encore "identifié"

À l'autre bout du monde, les experts de l'organisation qui travaillent depuis quatre semaines à Wuhan, où ont été rapportés les premiers cas de la maladie en décembre 2019, affirment que l'animal à l'origine du coronavirus n'est "pas encore identifié". Cette mission sur les origines de la transmission du virus à l'homme, jugée extrêmement importante pour tenter de mieux lutter contre une possible prochaine épidémie, a eu du mal à se mettre en place, la Chine semblant très réticente à laisser venir ces spécialistes mondiaux de diverses disciplines comme l'épidémiologie mais aussi la zoologie.

"Il n'y a pas assez de preuves [...] pour déterminer si le Sars-Cov-2 s'est propagé à Wuhan avant décembre 2019", a par ailleurs indiqué Liang Wannian, le chef de la délégation de scientifiques chinois, lors d'une conférence de presse.

Plus de 2,3 millions de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2.325.744 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 11h GMT. Après les États-Unis (465.083 morts), les pays les plus touchés sont le Brésil (232.170 morts), le Mexique (166.731 morts), l'Inde (155.158 morts), et le Royaume-Uni (112.798 morts). 

Par ailleurs, plus de 135 millions de doses de vaccins ont été administrés dans le monde, selon un comptage réalisé également par l'AFP. A ce jour, au moins 90 pays ou territoires ont entamé leur campagne de vaccination, mais près de deux doses sur trois (64%) ont été injectées dans des pays à revenu "élevé". Hors micro-Etats, Israël est, de loin, le pays le plus en avance, 41% de sa population ayant déjà reçu au moins une dose. En valeur absolue, ce sont les Etats-Unis qui font la course en tête, avec 42,4 millions de doses administrées à 9,8% de leur population.