Déconseillé aux plus de 65 ans, à qui va être injecté le vaccin AstraZeneca ?

, modifié à
  • A
  • A
Déconseillé pour les plus de 65 ans, le vaccin AstraZeneca devrait être proposé plus rapidement à d'autres publics initialement prévus en phase 3. 1:25
Déconseillé pour les plus de 65 ans, le vaccin AstraZeneca devrait être proposé plus rapidement à d'autres publics initialement prévus en phase 3. © JUSTIN TALLIS / AFP
Partagez sur :
Mardi, la Haute autorité de Santé de France a tranché : elle ne recommande pas le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans. A qui va-t-il donc être injecté ? Du public concerné au nombre de doses livrées, Europe 1 vous explique tout.
DÉCRYPTAGE

Plus de 1.610.000 premières injections de vaccination contre le covid-19 ont été réalisées en France. Dans ce contexte, un troisième vaccin, celui d'Astrazeneca, a reçu mardi le feu vert en France. Bien toléré, il a une efficacité de 62 à 70%, mais la Haute autorité de santé (HAS) a décidé de ne pas l'autoriser pour les personnes les plus âgées, au-delà de 65 ans. "Il manque des données pour les patients de plus de 65 ans. Ces données vont arriver dans les semaines qui viennent. Dans l'intervalle, nous recommandons son utilisation chez les moins de 65 ans", a déclaré mardi la présidente de la HAS, Dominique Le Guludec. A qui donc va-t-il être administré ? Et par qui ? Europe 1 fait le point.

Qui va pouvoir en bénéficier ?

Les deux publics prioritaires sont d'un côté le personnel soignant et médico-social, quel que soit l'âge et le lieu d'exercice, parce qu'ils sont en première ligne et particulièrement exposés au virus. De l'autre, les Français de 50 à 65 ans, en commençant par les plus à risque de forme grave - ceux qui présentent des facteurs de comorbidité. Si cette nouvelle stratégie vaccinale est validée par le gouvernement, ce sont donc 7 à 8 millions Français, au départ prévus dans la phase 3, qui vont pouvoir bénéficier très vite d'une protection contre le Covid-19.

Qui pourra l'injecter ?

Autre nouveauté, sous réserve là encore du feu vert de l’exécutif : les pharmaciens et les sages femmes pourraient prescrire et pratiquer les injections, en plus des médecins et des infirmiers. Ce vaccin pouvant se conserver dans un simple réfrigérateur, ces injections pourraient se faire soit chez le médecin, soit directement en pharmacie, comme pour le vaccin anti-grippe, car les pharmaciens pourront en stocker dans les officines.

"C'est une bonne nouvelle. Ça va augmenter le nombre de vaccinateurs et surtout, les Français vont avoir un accès facilité à cette vaccination en proximité avec des professionnels de santé qu'ils connaissent, qui sont quasiment en bas de chez eux", relève Carine Wolf-Thal, présidente du conseil de l'Ordre des pharmaciens. "On a montré avec la vaccination de la grippe que nous étions capables de vacciner largement et en toute sécurité la population. Nous avons vacciné 3 millions de personnes en un mois et demi, donc nous avons l'expérience depuis maintenant plusieurs années. Nos officines sont organisées pour ça. On aimerait bien pouvoir vacciner également avec les vaccins Pfizer et Moderna, qui ne sont pas si compliqué que ça en termes de transport et de logistique. On pourrait très bien organiser cette vaccination en ville également."

Quand et combien de doses de ce vaccin AstraZeneca seront livrées à la France ?

AstraZeneca s'est engagé à livrer deux millions et demi de doses d'ici la fin du mois, dont plus d'un million d'ici mi-février. Selon les chiffres du ministère de la Santé, si l'on cumule les doses des trois vaccins autorisés chez nous (Pfizer, Moderna et AstraZeneca), la France devrait avoir reçu fin mars 16 millions de doses au total, de quoi vacciner 8 millions de Français.

Europe 1
Par Anne Le Gall, Hélène Terzian, édité par Séverine Mermilliod