Coronavirus : annulations, confinement.. Les mesures du "stade 2" de l'épidémie

, modifié à
  • A
  • A
Les mesures ont été prises à l'issue d'un Conseil de Défense et d'un Conseil des ministres exceptionnels, samedi.
Les mesures ont été prises à l'issue d'un Conseil de Défense et d'un Conseil des ministres exceptionnels, samedi. © AFP
Partagez sur :
Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé samedi les mesures décidées par le gouvernement alors que la France est entrée dans le "stade 2" de l'épidémie de coronavirus. Le confinement n'est plus recommandé pour les personnes revenant des zones "à risque" mais de nombreux événements rassemblant du public sont annulés. 

"Le virus commence à circuler dans certaines parties du territoire", selon le ministre de la Santé Olivier Véran : la France, entrée dans le "stade 2" de l'épidémie de coronavirus, a annoncé de nouvelles mesures, "provisoires", samedi. Ces dernières ont été formulées à l'issue d'un Conseil de Défense et d'un Conseil des ministres exceptionnel organisés à l'Elysée, autour d'Emmanuel Macron. Parallèlement, certaines mesures prises au début de l'épidémie sont elles levées en raison de la diffusion de l'infection, comme le confinement recommandé aux personnes de retour d'une zone "à risque". Europe 1 fait le point sur les annonces de l'exécutif. 

Les événements rassemblant plus de 5.000 personnes en milieu confiné annulés

Tous les "rassemblements de plus de 5.000 personnes" en milieu fermé et certains événements en extérieur, comme le semi-marathon de Paris dimanche, seront désormais annulés. Ces mesures conduisent aussi à annuler la dernière journée du Salon de l'agriculture dimanche à Paris, a indiqué Olivier Véran, précisant que 16 nouveaux cas avaient été confirmés dans le pays par rapport à vendredi soir, soit 73 au total depuis fin janvier. Parmi les événements annulés cités "à titre d'exemple" par le ministre, figurent aussi "le carnaval d'Annecy du 6 au 8 mars" et le salon immobilier Mipim de Cannes, dont les organisateurs avaient annoncé un peu plus tôt qu'il serait décalé à juin.

"Les préfets recevront des indications pour annuler les rassemblements en milieu ouvert quand ils conduisent à des mélanges avec des populations issues de zones où le virus circule visiblement", a ajouté le ministre. "À ce stade", les élections municipales sont maintenues. 

Des mesures particulières pour les "clusters"

Les mesures sont plus strictes dans les "clusters" que sont cinq communes de l'Oise (Creil, Crépy-en-Valoise, Vamoise, Lamorlaye et Lagny-le-Sec) et la commune de La Balme, en Haute-Savoie. Le gouvernement recommande aux habitants de ces zones "de limiter leurs déplacements". "Ils peuvent se déplacer pour se nourrir, pour faire leurs courses, mais ne doivent pas se rendre à des rassemblements et doivent renoncer à leurs déplacements quand ils sont inutiles et si possible recourir au télétravail", a indiqué Olivier Véran. 

Dans ces zones, les rassemblements collectifs sont interdits "jusqu'à nouvel ordre". Les écoles qui comptent des cas resteront fermées lundi, selon le ministre de la Santé. 

En revanche, sur tout le territoire, les personnes confinées après s'être rendues dans des zones considérées comme "à risque", notamment la Chine et le Nord de l'Italie, ne sont plus invitées à rester chez elles en raison de la propagation effective de l'infection en divers points du territoire. Cette levée de recommandation vaut aussi pour les enfants qui ne devaient plus aller à l'école pendant 14 jours. 

Des consignes d'hygiène toujours valables 

De manière générale, "personne n'a besoin de porter un masque si un médecin ne vous le demande pas", prévient Olivier Véran, alertant sur le fait que  "se précipiter sur les pharmacies pour demander un masque peut créer les conditions d'une pénurie." Le ministre répète les consignes de base : bien se laver les mains, se couvrir le nez ou la bouche si on tousse, éternuer dans son coude et éviter de se serrer la main pour se dire bonjour. 

 

Europe 1
Par Margaux Lannuzel avec AFP