Coronavirus : 100.404 morts en France, la pression épidémique reste forte

, modifié à
  • A
  • A
Plus de 5.900 personnes se trouvaient encore dans les services de réanimation vendredi.
Plus de 5.900 personnes se trouvaient encore dans les services de réanimation vendredi. © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Alors que la France comptait vendredi 100.404 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron avait fait part jeudi à une dizaine de maires des mesures envisagées pour la réouverture du pays. Côté vaccin, le patron de Pfizer a annoncé qu'une troisième dose serait "probablement" nécessaire.
L'ESSENTIEL

La France comptait vendredi plus de 100.400 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19. "Toutes nos forces sont jetées dans la bataille contre l'épidémie (…) mais viendra évidemment ce moment de l'hommage et du deuil pour la Nation", avait assuré mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. En Guadeloupe, de nouvelles restrictions ont été décidées par les autorités en raison d'une dégradation des indicateurs épidémiques.

Aux Etats-Unis, la pause dans l'utilisation du vaccin Johnson & Johnson a été prolongée. De son côté, le patron de Pfizer a déclaré qu'une troisième dose de vaccin serait "probablement" nécessaire entre six mois et un an après la première injection. 

Les informations à retenir 

  • La Franche compte vendredi plus de 100.400 morts du Covid depuis le début de l'épidémie
  • Des créneaux de vaccination "dédiés" ouverts pour les profs et les policiers de plus de 55 ans 
  • "Quasiment 100%" des résidents d'Ephad ont été vaccinés, selon le ministre de la Santé
  • Emmanuel Macron a organisé une réunion avec des ministres sur la réouverture du pays
  • Une troisième dose de vaccin Pfizer sera "probablement" nécessaire

Plus de 100.400 morts en France

Après avoir franchi jeudi la barre des 100.000 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, la France comptait 100.404 morts selon le dernier bilan de Santé publique France publié vendredi. Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation dépassait les 5.900 personnes vendredi (5.914), un chiffre stable depuis une semaine, avec une baisse de 10 personnes dans ces services en 24 heures.

Depuis lundi, le nombre de malades Covid-19 accueillis dans les services de réanimation s'est stabilisé au-dessus de 5.900, encore loin du pic de la première vague en avril 2020 (7.000). Le nombre total de personnes à l'hôpital est aussi en légère baisse avec 30.472 patients positifs au coronavirus actuellement hospitalisés, contre 30.668 la veille. Du côté des décès, 331 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures.

"L'UE sera en capacité de vacciner 70% de sa population mi-juillet"

Le rythme de la campagne de vaccination européenne devrait s'accélérer dans les prochaines semaines, avec l'arrivée de 410 millions de vaccins d'ici la fin du trimestre. 50 millions de doses Pfizer de plus que prévu doivent être livrées entre avril et juin. "L'objectif est de livrer à l'ensemble des Etats membres de quoi vacciner au moins 70% de la population adulte, et ce avec double dose, d'ici mi-juillet", a affirmé le commissaire européen Thierry Breton, invité d'Europe 1 vendredi matin. 

La livraison de doses supplémentaires est aujourd'hui "certaine", a assuré Thierry Breton. "Les vaccins sont déjà fabriqués, ils sont prêts à être mis dans les petits flacons et livrés en avril, mai et juin." Grâce à eux, la capacité vaccinale de l'UE devrait même dépasser les 90% de la population. Mais Thierry Breton se laisse une marge de manœuvre. "On pourra fournir ces vaccins aux Etats. A charge pour eux d'organiser la campagne." Retrouvez ici son interview

Une troisième dose du vaccin Pfizer "probablement" nécessaire

Les personnes ayant reçu le vaccin de Pfizer auront "probablement" besoin d'une troisième dose d'ici six mois à un an, puis sans doute d'une injection chaque année, a affirmé le patron du géant pharmaceutique américain. "Mais tout cela doit être confirmé", a ajouté Albert Bourla, dans des déclarations rendues publiques jeudi par la chaîne CNBC. 

Vaccination : des créneaux dédiés pour les profs et les policiers de plus de 55 ans

En déplacement dans la vallée de Chevreuse, au sud-ouest de Paris, jeudi, Jean Castex a annoncé l'ouverture de "créneaux dédiés" pour la vaccination des professeurs et des policiers de plus de 55 ans, et ce dès ce week-end. Cette mesure concernera les professeurs des écoles, collèges et lycées, les professionnels de la petite enfance, les policiers et gendarmes, les surveillants pénitentiaires, les agents spécialisés des écoles maternelles (Atsem) et les AESH (accompagnants d'enfants en situation de handicap, soit en tout environ 400.000 personnes, a précisé le Premier ministre en visitant un centre de vaccination à Saint-Rémy-les-Chevreuse.

La situation des Ehpad "nettement meilleure"

Après quatre mois d'une campagne de vaccination "intensive" dans les Ehpad, les résultats se font sentir. Alors que ces établissements enregistraient 1.300 décès hebdomadaires fin novembre, les autorités sanitaires n'en répertorient plus qu'une cinquantaine chaque semaine. "Quasiment 100%" des résidents d'Ehpad ont reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, selon le ministre de la Santé Olivier Véran. "C'est un satisfecit", s'est réjouit Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale syndicat des maisons de retraite privées (Synerpa), invitée d'Europe 1 vendredi matin.

Les maisons de retraite auront toutefois besoin de milliers de doses dans les mois à venir, pour immuniser les nouveaux entrants et le personnel remplaçant. Pour le moment, ces livraisons "ne sont pas encore garanties" par le ministère de la Santé. Pour en savoir plus, c'est par ici

Macron envisage un protocole de réouverture

Jeudi soir à partir de 18 heures, le président de la République a réuni une dizaine de ministres en visioconférence pour examiner les protocoles de réouverture des lieux fermés. Luc Bouard le maire de La Roche-sur-Yon, en Vendée, a raconté que le président de la République s'est montré "optimiste mais prudent". "Il nous a dit que les hospitalisations allaient continuer à monter encore une dizaine de jours pour avoir un pic qui se situerait entre le 27 et le 30 avril. En fonction de l'évolution, l'ouverture se tiendra, ou pas, aux alentours du 15 ou du 20 mai", a-t-il rapporté. Celle-ci devrait concerner les terrasses et les musées dans un premier temps.

Le chef de l'Etat aurait également promis un "projet de plan d'ouverture dans les dix jours" qui devrait ensuite être "discuté avec les maires sur les deux ou trois semaines qui suivent". Le chef de l'État a promis à chaque fois des discussions en amont entre les préfets et les élus à l'échelle locale, car le rythme de réouverture pourrait varier d'une région à l'autre. 

Nouvelles restrictions en Guadeloupe

En Guadeloupe, de nouvelles restrictions ont été décidées par les autorités en raison d'une dégradation des indicateurs épidémiques. De samedi au 9 mai inclus, l'heure de début du couvre-feu sera avancée de 22 h à 19 h (jusque 5 h) avec "fermeture des restaurants le soir à l'horaire du couvre-feu", selon un communiqué diffusé à l'issue du point hebdomadaire de la situation sanitaire. A cette mesure de limitation des contacts s'ajoute la "fermeture des cinémas, théâtres et musées".

Les JO à nouveau en question

Au Japon, où la vaccination progresse à un rythme d'escargot (1,1 million d'habitants ont reçu une dose sur 126 millions), le numéro deux du principal parti au pouvoir a agité la possibilité d'une annulation des Jeux olympiques de Tokyo dont la cérémonie d'ouverture est censée se tenir dans moins de 100 jours. "Nous devrons annuler (les Jeux, NDLR) sans hésiter si ce n'est plus possible" de les organiser, a déclaré Toshihiro Nikai, secrétaire général du Parti libéral-démocrate (PLD, conservateur). "Si les infections se répandent à cause des Jeux olympiques, je ne sais pas à quoi ils servent".

Même si d'autres officiels ont immédiatement minimisé ces propos, l'opinion publique japonaise se montre de plus en plus hostile à l'événement, inquiète d'une quatrième vague de contaminations.

La pause de Johnson & Johnson prolongée aux Etats-Unis

La pause dans l'administration du vaccin Johnson & Johnson aux Etats-Unis est prolongée d'au moins une semaine, un groupe d'experts réunis mercredi ayant dit avoir besoin de plus de temps pour évaluer ses possibles liens du sérum avec la formation de graves caillots sanguins. Outre-Atlantique, l'Agence européenne des médicaments (EMA) doit s'exprimer la semaine prochaine au sujet de ce vaccin.

Plus de 2,97 millions de morts

La pandémie a fait au moins 2.974.651 morts dans le monde, selon un bilan de l'AFP à partir de sources officielles jeudi. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus grand nombre de morts avec 565.254 décès, suivis par le Brésil (365.444), le Mexique (210.812), l'Inde (173.123) et le Royaume-Uni (127.161).

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP