France Télévisions : Nelson Monfort poussé vers la sortie ? Une "fake news" selon lui

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Chez Karl Zéro, le journaliste de sport évoque son avenir chez France Télévisions et nie un prochain départ dans le cadre du plan de restructuration.
KARL ZÉRO ET SES TONTONS FLINGUEURS

Selon Nelson Monfort, il s'agit d'une "fake news". Fin janvier, Le Parisien annonçait que plusieurs figures historiques du service des sports de France Télévisions, comme le célèbre journaliste polyglotte, âgé de 65 ans, mais aussi Patrick Montel, 65 ans, ou Thierry Adam, 57 ans, s'apprêtaient à quitter le groupe audiovisuel public. Invité chez Karl Zéro jeudi, Nelson Monfort a nié être sur le départ.

"Pas du tout, c'est ce qu'on appelle peut-être une 'fake news' dans le langage d'aujourd'hui", affirme le journaliste, quand on lui demande s'il est poussé vers la sortie par France Télévisions. "Au contraire, j'ai même reçu de très jolies assurances de la direction mais aussi du public, ce qui me fait très plaisir", a confié Nelson Monfort au micro d'Europe 1. 

>> De 16h à 17h, place à Karl Zéro et ses tontons flingueurs. Retrouvez le replay de l’émission ici

"Le véritable patron, n'est-ce pas le public ?". L'homme de terrain du service des sports, qui commente également le patinage artistique depuis 1992, avoue s'appuyer sur le soutien des téléspectateurs de France Télévisions. "Le terme de journaliste populaire est quelque chose que je revendique, ce n'est pas péjoratif", indique-t-il, s'interrogeant au passage : "quand on travaille sur une chaîne de service public, au fond, le véritable patron, n'est-ce pas le public ?"

France Télévisions est actuellement en pleine restructuration. Le groupe audiovisuel public doit dégager 160 millions d'euros d'économies d'ici à 2022. Pour ce faire, la direction a d'ores et déjà annoncé une "recomposition des effectifs". Un plan de départs volontaires de 2.000 salariés, notamment grâce à des départs à la retraite anticipés, pendant que 1.000 autres personnes seraient recrutées. 

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau