La Corée du Nord fabrique de nouveaux missiles, selon le "Washington Post"

  • A
  • A
La Corée du Nord continuerait à produire des missiles balistiques, selon la presse américaine © MANAN VATSYAYANA / AFP
Partagez sur :

La Corée du Nord poursuivrait la construction d'au moins un voire deux missiles intercontinentaux, selon des photos satellites prises ces dernières semaines, dévoile le "Washington Post" mardi.

Les agences américaines de renseignement pensent que la Corée du Nord construit de nouveaux missiles, en se basant notamment sur de récentes images satellites d'une usine où a été fabriqué le premier missile capable d'atteindre la côte est des États-Unis, rapporte lundi le Washington Post.

Au moins un voire deux missiles en préparation. "Des preuves obtenues récemment, y compris des photos prises par satellites ces dernières semaines, indiquent que le travail est en cours sur au moins un, voire peut-être deux, ICBM (missile intercontinental, NDLR) à carburant liquide dans un grand complexe de recherche à Sanumdong, à proximité de Pyongyang", écrit le quotidien, citant des responsables s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Selon le journal, les images recueillies récemment par l'Agence nationale de renseignement géospatiale montrent que du travail est en cours sur au moins un missile intercontinental Hwasong-15 à l'usine de Sanumdong, qui aurait une portée de 13.000 kilomètres pouvant ainsi atteindre la côte est des États-Unis.

Des engagements déjà rompus ? Ces révélations interviennent quelques jours après que le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a admis lors d'une audition au Congrès que Pyongyang continuait à produire des matériaux nucléaires, six semaines après un sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong Un.

"Ces nouveaux renseignements ne suggèrent pas une augmentation des capacités de la Corée du Nord, mais cela montre que le travail sur des armements avancés se poursuit plusieurs semaines après que le président Trump a déclaré sur Twitter que Pyongyang 'n'est plus une menace nucléaire'", poursuit le journal lundi.

Une activité normale, selon les experts. Sur une image capturée le 7 juillet, une remorque couverte de couleur rouge vif est stationnée près d'une zone de chargement, précise le Washington Post, ajoutant qu'elle "semble identique" à celles utilisées par les Nord-Coréens pour transporter leurs ICBM. Pour plusieurs responsables américains et experts, rapporte le journal, il n'est pas surprenant que les sites de fabrication d'armes de Pyongyang restent en activité car, selon eux, Kim Jong Un n'a fait aucune promesse en la matière lors du sommet avec le président américain.

Le 12 juin à Singapour, dans sa déclaration commune historique avec Donald Trump, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a "réaffirmé son engagement" en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Mais le calendrier et les modalités du processus restent entièrement à négocier.

Le démantèlement d'un site d'essais. Il est néanmoins apparu la semaine dernière que la Corée du Nord avait commencé à démanteler des infrastructures sur sa principale base de lancement de satellites, considérée comme servant de site d'essais pour ses missiles balistiques intercontinentaux.