Coronavirus : Castex demande le renforcement des contrôles des mesures en vigueur

, modifié à
  • A
  • A
Soucieux d'éviter un nouveau confinement national, le Premier ministre réclame un renforcement des contrôles.
Soucieux d'éviter un nouveau confinement national, le Premier ministre réclame un renforcement des contrôles. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP / POOL
Partagez sur :
Depuis vendredi 18 heures, Nice et Dunkerque sont confinées jusqu'à lundi 6 heures. Vingt départements sont toujours placés en "surveillance renforcée" et pourraient connaître de nouvelles restrictions prochainement. Le Premier ministre a réclamé un renforcement des contrôles sur ces territoires.
L'ESSENTIEL

Le gouvernement veut prendre son temps pour décider de nouvelles restrictions sanitaires dans 20 départements couvrant Paris, Lyon et Marseille, où les cas de coronavirus menacent de flamber. Alors que Nice et Dunkerque s'apprêtent à vivre leurs premiers week-ends de l'année 2021 confinés, toute la région parisienne, le Rhône, les Bouches-du-Rhône et une partie des Hauts-de-France et du Grand Est notamment, sont placés sous "surveillance accrue" par l'exécutif. Jean Castex a réclamé un renforcement des contrôles. Suivez l'évolution de la situation en direct.

Les principales infos à retenir :

  • Nice et Dunkerque vivent leur premier week-end de confinement local
  • Vingt départements sont toujours placés sous "surveillance accrue"
  • À Paris, la mairie temporise après son "hypothèse" de confinement local
  • Les librairies sont désormais considérées comme des commerces essentiels

Début du confinement local à Nice et Dunkerque

Comme annoncé par le gouvernement cette semaine, le confinement sur la bande littorale des Alpes-Maritimes et dans le zone de Dunkerque a débuté depuis 18 heures vendredi. Il doit se poursuivre jusqu'à lundi 6 heures et reprendre la semaine prochaine selon les mêmes modalités. Ces restrictions visent à limiter la flambée du coronavirus dans ces territoires mais donnent le blues aux commerçants dunkerquois rencontrés par Europe 1

En  l'espèce, les habitants de 63 communes des Alpes-Maritimes et les 250 000 habitants de l'agglomération de Dunkerque sont confinés. Ils peuvent, munis d’une attestation de sortie, se déplacer dans les commerces de premières nécessités, faire une heure de sport ou promener leurs animaux de compagnie. En dehors de cela il doivent justifier d’un motif impérieux. Le maire de Nice a décidé de mesures supplémentaires : la fermeture des plages et d’une partie de la promenade des anglais. Les forces de l’ordre ont dès hier soir multiplié les contrôles.

La surveillance renforcée dans 20 autres départements

Jean Castex avait annoncé jeudi la mise en place d'une "surveillance accrue" pour 20 départements avec un niveau d’incidence élevé - autour de 250 cas pour 100.000 habitants -, une part de variant supérieur à 50%, une pression hospitalière proche du seuil critique et une circulation virale de plus en plus importante. Ces départements sont ceux de l’Ile-de-France, d'une grande partie des Hauts-de-France et de Provence-Alpes-Côte-D’azur, mais aussi les départements du Rhône et de la Drôme, de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, et enfin l’Eure-et-Loir.

Le Premier ministre a demandé samedi aux préfets de ces 20 départements de renforcer les contrôles des mesures en vigueur dont les couvre-feux, rappelant que l'objectif est de "tout faire pour éviter un confinement national". Matignon invite notamment à un renforcement des contrôles des mesures mises en œuvre, à une optimisation de la campagne vaccinale, au déploiement des tests salivaires dans les établissements d’enseignement et au respect des directives relatives au télétravail.

 

La mairie de Paris temporise après son "hypothèse" d'un confinement local

La mairie de Paris marche sur des œufs. Après avoir annoncé vouloir proposer au gouvernement un confinement de trois semaines dans la capitale afin "d'avoir la perspective de tout rouvrir" à son issue, le premier adjoint Emmanuel Grégoire a temporisé en évoquant une simple "hypothèse". Cette proposition avait été largement critiquée jusqu'à être qualifiée de "fadaises" par le Premier ministre Jean Castex.

Les élus locaux souhaitent en tout cas une gestion moins centralisée de la pandémie. Le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, souhaite par exemple que le couvre-feu soit repoussé à 20 heures dans sa ville pour désengorger les commerces. Il avance que la situation sanitaire dans le sud-ouest n'est pas la même que celle de Nice ou Dunkerque. Invité d'Europe 1 samedi, le maire de Nancy Mathieu Klein a fustigé des confinement locaux qui ne s'appliquent que durant le week-end et qui s'apparentent davantage à des extensions du couvre-feu.

Les librairies sont désormais des commerces essentiels

Les librairies ont rejoint la liste des commerces dits essentiels et pourront rester ouvertes en cas de confinement le week-end, selon un décret publié vendredi au Journal officiel. Les librairies pourront ouvrir les samedis et dimanche entre 6 heures et 18 heures, précise ce décret, alors que les villes de Nice et Dunkerque vivent leurs premiers week-ends confinés. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est "félicitée" de la décision du gouvernement. "Les librairies sont des commerces essentiels. Cela n'a jamais fait aucun doute. Lors du deuxième confinement, la possibilité du cliqué-emporté et la gratuité des frais d'expédition des livres offerte aux libraires ont permis de maintenir leur activité."

À Dunkerque, la nouvelle a été accueillie avec soulagement par les commerçants et les clients, pour qui cette ouverture s'annonce comme une véritable bouffée d'oxygène face à l'enfermement.

Les chiffres de l'épidémie restent élevés

Le nombre de patients à l'hôpital pour cause de Covid-19 se maintenait autour des 25.000, dont quelque 3.400 en service de réanimation, selon les données hospitalières publiées samedi par Santé publique France, des chiffres stables par rapport à la veille. Les hôpitaux français accueillaient 24.995 patients atteints par le coronavirus, contre 25.130 vendredi. Une semaine auparavant, ils étaient 25.269. Sur ces presque 25.000 patients hospitalisés, 1.007 sont entrés à l'hôpital ces dernières 24 heures (1.634 vendredi). Les services de réanimation, qui reçoivent les cas les plus graves, comptaient 3.453 malades (dont 208 transférés ces dernières 24 heures), contre 3.445 vendredi.

Quelque 24.000 (23.996) personnes ont été testées positives au virus (contre 25.207 vendredi) et le taux de positivité, à savoir le nombre de personnes positives sur l'ensemble des gens testés, continue de progresser, à 7,2%, contre 7,1% vendredi et 6,1% samedi 20 février. Santé publique France a annoncé samedi 186 décès, après 286 vendredi et 183 il y a une semaine. L'épidémie a tué 86.332 personnes en France depuis ses débuts, il y a un an.

La barre des 3 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin sera bientôt franchie : on était à 2,918 millions vendredi --les données publiées concernent les chiffres de la veille--, dont 1,561 million ont reçu les deux doses de la vaccination.

Invitée d'Europe 1 samedi, la nouvelle membre du Conseil scientifique, la pédopsychiatre Angèle Consoli a fait état de ses préoccupations concernant la santé psychologique des plus jeunes. Retrouvez notre article ici.

Axa condamné en appel à indemniser un restaurateur

L'assureur Axa a été condamné à indemniser un restaurateur marseillais pour ses pertes d'exploitation dues au Covid-19 par la cour d'appel d'Aix-en-Provence, première juridiction d'appel à statuer au fond sur ce type de litige dont sont saisies plusieurs autres cours. "Nous allons étudier attentivement les motivations de la décision (...). Nous rappelons que ce même contrat est actuellement l'objet de débats devant plusieurs autres juridictions d’appel dans le pays", a réagi Axa dans un communiqué.

Cette nouvelle semble en tout cas rassurer bon nombre de restaurateurs. Au micro d'Europe 1, l'un d'entre eux rappelle qu'une éventuelle indemnisation permettrait de compenser le manque à gagner des jours de fermeture

Un comité d'experts recommande l'autorisation du vaccin de Johnson & Johnson

Un comité d'experts a unanimement recommandé vendredi l'autorisation en urgence aux Etats-Unis du vaccin unidose de Johnson & Johnson contre le Covid-19 pour les personnes âgées de 18 ans et plus. L'avis de ce comité, composé en majorité de scientifiques indépendants, est consultatif, mais il conforte encore la probable autorisation du vaccin par les autorités sanitaires américaines, attendue dans la foulée.

Plus de 2,5 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait plus de 2,5 millions de morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP samedi en milieu de journée. Plus de 113,3 millions de cas d'infection ont été diagnostiqués. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 510.467 décès, devant le Brésil (252.835), le Mexique (184.474), l'Inde (156.938) et le Royaume-Uni (122.415).