Confinements locaux le week-end : le maire de Nancy regrette des demi-mesures

  • A
  • A
Partagez sur :
Les premières mesures locales se mettent en place dans les territoires où la circulation du coronavirus est la plus active. Ayant réclamé un confinement local pour sa ville fin 2020, le maire de Nancy Mathieu Klein a dénoncé les restrictions en vigueur à Dunkerque et Nice comme étant des demi-mesures. Il était l'invité d'Europe 1 samedi.
INTERVIEW

En Lorraine, la Moselle et la Meurthe-et-Moselle font partie des départements en vigilance maximale. Sur le modèle des Alpes-Maritimes ou de la région de Dunkerque, ces départements pourraient être amenés à se reconfiner si l’épidémie de Covid-19 s’amplifiait encore. En fin d'année 2020, le maire de Nancy, Mathieu Klein, avait réclamé un confinement local, constatant la flambée des nouveaux cas dans sa ville. Si la situation s'est depuis quelque peu améliorée, il s'insurge contre des confinements locaux qui n'en ont selon lui que le nom : "J’ai un peu de réticence à parler d’un confinement lorsque l’on parle du week-end, pour moi c’est une extension du couvre-feu en réalité."

"Il faut donner des perspectives claires"

Si l'édile concède que cette mesure a permis de ralentir l'épidémie, il affirme qu'elle n'a en aucun cas été efficace pour l'enrayer. "A l’hôpital, si la situation a pu connaitre une légère décrue à Nancy il y a une semaine, nous voyons déjà les indicateurs repartir à la hausse, toujours sur un niveau élevé", déplore-t-il. Selon lui, l'heure n'est plus aux demi-mesures : le couvre-feu n'ayant pas généré les résultats escomptés, il faut se résigner à un confinement "complet" partout où cela est nécessaire.

Mathieu Klein évoque un taux d'incidence de 180 cas pour 100.000 habitants dans sa ville. Il affirme que le franchissement d'un seuil de 250 ou 300 cas l'inciterait à réclamer de nouveau un confinement local. "Il faut donner des perspectives claires", assène-t-il. "Dans le même temps, nous accélérons la campagne de vaccination. L’un ne peut pas aller sans l’autre." Le maire de Nancy cite en exemple les bons résultats obtenus chez les plus de 75 ans grâce à la vaccination : celle-ci empêcherait déjà le virus de circuler au sein de cette tranche d'âge.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet