Confinements locaux : ce qui est interdit, ce qui reste autorisé

, modifié à
  • A
  • A
Confinement Vitrine Commerces
Un confinement est mis en place pour deux week-ends à Dunkerque et dans les Alpes-Maritimes. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Alors que 63 communes des Alpes-Maritimes et l'agglomération de Dunkerque sont soumises à un reconfinement pour deux week-ends, Europe 1 fait le point sur les différentes mesures prises par les autorités sur place. Il sera notamment interdit de sortir de chez soi, sauf pour une activité physique d'une heure maximum pour un déplacement justifié par un motif dérogatoire.
DÉCRYPTAGE

À Dunkerque et dans les Alpes-Maritimes, il devrait régner ce week-end un sentiment de déjà-vu. Les deux zones, confrontées à une forte circulation de l'épidémie de coronavirus, doivent être soumises deux week-ends de confinement, dont le premier a débuté vendredi à 18 heures : jusqu'à lundi 1er mars 6 heures pour le premier, et du vendredi 5 mars 18 heures au lundi 8 mars 6 heures pour le deuxième. Commerces ouverts, motifs dérogatoires pour se déplacer… Europe 1 fait le point sur ce qui y est interdit et autorisé. 

Quelles zones sont concernées ? 

Dans les Alpes-Maritimes, le confinement concerne la ville de Nice et 63 communes du littoral du département, de Théoule-sur-Mer à Menton. La liste des communes concernées est disponible ici. Dans le Nord, la mesure s'applique à l'agglomération de Dunkerque et la communauté de communes Hauts de Flandre, soit 250.000 habitants.

Ce qui est interdit 

Pendant ces deux week-ends, les déplacements hors du domicile et non justifiés par un motif dérogatoire seront interdits. Les déplacements autorisés pour une activité physique individuelle, ou pour promener des animaux de compagnie, ne pourront pas excéder une heure et dépasser un rayon de 5 km autour du domicile.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 27 février

Dans les zones des Alpes-Maritimes concernées par le confinement, tous les commerces, à l'exception des magasins d'alimentation, les pharmacies, les laboratoires médicaux, les débits de tabac, les stations-service et les garages, seront fermés. Plusieurs marchés non alimentaires se situant dans des quartiers durement touchés par l'épidémie seront aussi fermés. Les commerces et galeries marchandes de plus de 5.000 m2 ont elles déjà reçu l'ordre de fermer pour deux semaines depuis mardi. Seule une activité de "click and collect" leur est autorisée. À Dunkerque, tous les commerces autres qu'alimentaires devront également fermer leurs portes, et la liste des exceptions est disponible sur le site de la préfecture du Nord. Dans les deux zones, les librairies, désormais classées parmi les commerces dits essentiels, pourront rester ouvertes. 

À Nice, l'accès aux plages sera interdit pendant les deux week-ends, a indiqué la mairie de la ville, en complément de l'arrêté préfectoral. "J'ai choisi de fermer le trottoir sud de la Promenade des Anglais, (…), le sentier du littoral et les plages", a expliqué le maire LR Christian Estrosi. Objectif : "éviter absolument des rassemblements trop massifs."

La préfecture des Alpes-Maritimes a également décidé d'interdire la musique amplifiée et la consommation d’alcool sur la voie publique. La consommation d'alcool sur la voie publique est aussi interdite à Dunkerque. 

Ce qui reste autorisé 

Comme lors du premier confinement, il est donc toujours possible de sortir de chez soi pour sortir promener son animal de compagnie ou pour une activité physique individuelle. Cette sortie ne devra pas être d'une durée supérieure à une heure et devra s'effectuer dans un rayon de 5 km autour du domicile, muni d'une attestation. 

Les motifs dérogatoires, eux, sont consultables sur le site Service-public.fr. Se déplacer hors de son domicile (muni d'une attestation) sera donc autorisé pour exercer une activité professionnelle, ou acheter des fournitures liées à cette activité, acheter des produits de première nécessité, déménager, se rendre dans un service public, pour motif médical, pour se rendre dans un lieu de culte, ou encore pour un motif familial impérieux

Europe 1
Par Antoine Terrel avec AFP