Coronavirus : le maire de Bordeaux milite en faveur d'un couvre-feu à 20 heures

  • A
  • A
Pierre Hurmic veut que le couvre-feu soit repoussé à 20 heures.
Pierre Hurmic veut que le couvre-feu soit repoussé à 20 heures. © AFP
Partagez sur :
Le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, souhaite que le couvre-feu soit repoussé à 20 heures dans sa ville pour désengorger les commerces. Il avance que la situation sanitaire locale n'est pas la même que celle de Nice ou Dunkerque. Une proposition soutenue par les commerçants de la ville, qui y voient une occasion de redorer leur chiffre d'affaires.

Des mesures plus strictes dans les territoires durement touchés par le Covid et un allègement pour les départements épargnés ? Alors que Nice et de Dunkerque renouent avec le confinement le temps de deux week-ends, certains territoires les moins atteints par l'épidémie demandent un allègement des restrictions. Après des élus bretons militant notamment pour la réouverture des terrasses, le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, demande à ce que le couvre-feu soit repoussé à 20 heures dans sa ville. Un allègement qui permettrait selon lui d'éviter la cohue dans les commerces aux alentours de 17 heures. 

Une situation sanitaire différente de Nice ou Dunkerque

"La situation sanitaire à Bordeaux ne ressemble pas à celle de Nice, ni de Dunkerque", fait valoir l'édile. Dans ces conditions, "pourquoi ne pas tester un couvre-feu à 20 heures ?", demande-t-il. "Les gens sont obligés de faire leurs courses entre 17h30 et 18h, ils sont agglutinés dans les commerces et cela me paraît contre-productif eu égard à la distanciation physique exigée pour lutter contre la pandémie". 

Un raisonnement on ne peut plus logique pour Grégory, gérant d'un magasin de maroquinerie. D'autant que le couvre-feu à 18 heures se traduit par une perte de son chiffre d'affaires de "30% en moyenne". "C'est monstrueusement énorme", commente-t-il au micro d'Europe 1. D'autant que février est déjà "un mois traditionnellement creux".  En plus d'un couvre-feu repoussé à 20 heures, la mairie de Bordeaux voudrait également tester un protocole sanitaire permettant de rouvrir à titre expérimental les musées.

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Ugo Pascolo