Nouveau bilan de 29.209 morts, le reflux épidémique se poursuit

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus
Le confinement a eu un "effet substantiel" sur le contrôle de la pandémie, selon une étude publiée lundi. © AFP
Partagez sur :
Le dernier bilan du coronavirus en France fait état lundi soir de 29.209 morts sur le territoire. Un chiffre qui ne prend toutefois pas en compte les données récentes des Ehpad et ESMS, réactualisées mardi. Dans le monde, l'épidémie a fait plus de 400.000 victimes.

Presque une semaine après le début de la phase 2 du déconfinement, l'épidémie de coronavirus marque le pas en France. D'après les derniers chiffres disponible, l'Hexagone compte 29.209 morts du Covid-19 sur son territoire. Toutefois, les données des Ephad et des ESMS n'ont pas été actualisés depuis le 2 juin. De son côté, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy estime que les règles sanitaires pourraient être moins strictes à l'école d'ici fin juin.

Dans le monde, on compte désormais plus de 400.000 victimes du Covid-19, alors que les mesures de confinement ont évité plus de trois millions de morts dans onze pays européens, selon une étude.

Les informations principales à retenir : 

  • Le dernier bilan du Covid-19 en France fait état lundi soir de 29.209 morts
  • Le président du Conseil scientifique se dit favorable à une accélération du déconfinement
  • "Effet substantiel" du confinement dans 11 pays européens, selon une étude
  • Le coronavirus a fait plus de 400.000 morts dans le monde et la "situation s'aggrave", selon l'OMS

29.209 morts en France, plus faible bilan quotidien à l'hôpital depuis la mi-mars

Le nombre total de décès du coronavirus s'élève désormais à 29.209 en France depuis le début de l'épidémie, dont 18.859 à l'hôpital. Lundi, 1.024 personnes étaient toujours en réanimation, soit 29 de moins dans les dernières 24 heures. À l'heure actuelle, 12.315 personnes sont hospitalisées pour une infection au coronavirus, contre 14.288 lundi dernier.

Les données concernant les Ehpad et autres établissements ou services sociaux ou médico-sociaux (ESMS) n'ont pas été actualisées depuis le 2 juin et le seront mardi. Selon le dernier bilan, la France recense 10.350 décès de résidents en ESMS.

Les masques polluent (déjà) mers et océans

L'amende si vous jetez un masque par terre va bientôt passer, d'ici le courant de l'été, de 68 à 135 euros (avec majoration à 375 voire 750 euros dans certains cas), a annoncé ce week-end Brune Poirson, la secrétaire d'État à la Transition écologique. Les masques contre le coronavirus deviennent une nouvelle source de pollution pour les mers et les océans. "Les déchets sur nos trottoirs finissent dans nos océans", a martelé la secrétaire d'État, lundi midi sur Europe 1

"On verra bientôt plus de masques que de méduses dans l'eau", tonnait quant à lui le plongeur Laurent Lombard, lui aussi sur Europe 1 :

Le gouvernement veut par ailleurs convaincre les entreprises de fournir des masques en tissu à leurs salariés plutôt que des masques chirurgicaux importés, face aux "surcapacités" dénoncées par certains industriels français reconvertis dans la fabrication de masques. Alors qu'environ 450 entreprises françaises se sont converties à la fabrication de masques durant la crise sanitaire, parfois au prix d'investissements supplémentaires, "il y a 10% des entreprises qui se retrouvent avec des stocks sur les bras" aujourd'hui, a expliqué lundi la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher sur RTL.

Les examens du permis de conduire reprennent 

Les examens du permis de conduire peuvent reprendre à partir de lundi, et 400.000 candidats restent en attente. Les auto-écoles doivent appliquer un protocole sanitaire strict, comprenant un nettoyage des commandes, le port du masque obligatoire, la présence de gel hydroalcoolique voire une visière en plexiglas pour l'examinateur. Illustration dans une auto-école à Bully-les-Mines, dans le Pas-de-Calais :

Prêts garantis par l'Etat : 85 milliards d'euros octroyés à près de 500.000 entreprises 

Près de 500.000 entreprises ont bénéficié d'un prêt garanti par l'Etat (PGE) pour un total de 85 milliards d'euros, a rapporté lundi le directeur général de Bpifrance Nicolas Dufourcq. "Je pense qu'on va être à 100 milliards d'euros de PGE. On est à 85 milliards ce matin" et "on va passer les 500.000 entreprises aujourd'hui", a déclaré Nicolas  Dufourcq à l'antenne de BFM Business.

Lancé fin mars, au début du confinement, pour répondre aux difficultés de trésorerie des entreprises dont l'activité était arrêtée ou ralentie, le dispositif de PGE peut théoriquement aller jusqu'à 300 milliards d'euros. Mais malgré cette aide, de nombreux patrons restent contraints de licencier face à la crise.

Vous pouvez (ré)écouter ici notre sujet :

Vers une récession de 5,2% de l'économie mondiale en 2020

Au niveau international, l'économie mondiale va se contracter de 5,2% cette année, a estimé lundi la Banque mondiale. Selon elle, la pandémie a eu un impact "rapide et massif" en dépit des aides financières sans précédent. Il s'agit de "la plus profonde" récession depuis la Seconde Guerre mondiale et le nombre de pays qui se retrouveront en récession cette année en fait la pire crise depuis 150 ans, relève l'institution. De 70 à 100 millions de personnes pourraient tomber dans l'extrême pauvreté.

Delfraissy favorable à des règles moins strictes à l'école, les parents aussi

Les règles sanitaires pour les enfants à l'école pourraient être allégées d'ici fin juin, estime dans le Journal du dimanche Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique. Ce conseil d'experts chargé d'éclairer le gouvernement doit aussi se pencher, "courant juin", sur la question de la rentrée de septembre pour voir comment le lourd protocole actuel "pourrait être un peu simplifié, fluidifié, à la lumière des connaissances actuelles", ajoute son président.

"Même en continuant à respecter des règles un peu lourdes, on pourrait les simplifier en périscolaire d’ici la fin juin : pendant les repas, les récréations ou le sport", suggère Jean-François Delfraissy. Une position motivée notamment par la transmission du virus plus faible que prévue par les enfants.

Mais qu'en pensent les parents ? Lundi matin, Europe 1 est allée leur poser la question. Découvrez notre reportage ici

"On peut largement relâcher la pression" du confinement 

Appelant à aller plus loin que Jean-François Delfraissy, tout en ayant "un plan si le virus recircule largement en France", l'épidémiologiste Martin Blachier a assuré dimanche sur Europe 1 que l'"on peut largement relâcher la pression" du confinement. "Il faut lever les mesures trop contraignantes qui empêchent tout le monde de vivre", appuie l'épidémiologiste. Si "plein de choses peuvent rouvrir", Martin Blachier considère qu'il "doit y avoir une ligne rouge à ne pas dépasser" c'est-à-dire "tous les grands événements dans les lieux confinés". "C'est trop dangereux. Ça peut relancer de manière trop brutale l'épidémie", estime-t-il.

Ligue 1 : l'OL premier à reprendre le chemin de l'entraînement

Les joueurs de l'Olympique lyonnais ont repris lundi le chemin de leur centre d'entraînement à Décines-Charpieu, près de Lyon, pour s'y soumettre à des tests biologiques avant de reprendre progressivement ses activités en groupes réduits. Les Lyonnais seront suivis des Lillois, jeudi, avant les Nantais et les Niçois, lundi prochain, puis Lorient et Saint-Etienne, mercredi 17 juin. Plusieurs clubs de Ligue 1 sont encore engagés en Ligue des champions, comme Lyon et Paris, ou pour des coupes, comme Saint-Etienne. 

Le confinement a évité 3,1 millions de morts dans 11 pays, selon une étude

Les mesures de confinement ont été efficaces pour reprendre le contrôle de la pandémie et ont permis d'éviter 3,1 millions de morts dans 11 pays européens, selon une étude de l'Imperial College de Londres. Leur article, publié dans la revue Nature, estime qu'elles ont permis de faire baisser de 82% en moyenne le taux de reproduction du virus, et que ces mesures ont eu un "effet substantiel" sur le contrôle de la pandémie.

Situation dramatique au Brésil, la situation "s'aggrave" dans le monde

La pandémie de coronavirus a fait plus de 403.000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine. Plus de 7.030.330 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 3.063.500 sont aujourd'hui considérés comme guéris. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé lundi que la pandémie liée au coronavirus "s'aggravait" dans le monde, mettant en garde contre tout laisser-aller.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 110.771 décès pour 1.942.363 cas. Au moins 506.367 personnes ont été déclarées guéries. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 40.597 morts (+55 morts en 24 heures, plus faible bilan quotidien depuis mars), le Brésil avec 36.455 morts, l'Italie avec 33.964 morts et la France avec 29.209 morts.

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 83.040 cas (4 nouveaux entre dimanche et lundi), dont 4.634 décès et 78.341 guérisons.

Les jours passent et le Brésil s'enfonce un peu plus dans une situation dramatique. Le géant sud-américain est donc désormais le troisième pays au monde déplorant le plus de décès liés au, coronavirus. Les spécialistes estiment toutefois que les chiffres officiels sont largement sous-estimés. Malgré ce contexte, le président brésilien Jair Bolsonaro a menacé de quitter l'Organisation mondiale de la santé. "Soit l'OMS travaille sans parti pris idéologique, soit nous la quittons aussi. Nous n'avons pas besoin de gens de l'extérieur pour donner leur sentiment sur la santé ici", a-t-il déclaré.