Protocole sanitaire à l'école : comment expliquer la volte-face du Conseil scientifique ?

, modifié à
  • A
  • A
Jean-François Delfraissy appelle à un allègement des protocoles sanitaires à l'école (photo d'illustration).
Jean-François Delfraissy appelle à un allègement des protocoles sanitaires à l'école (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Jean-François Delfraissy appelle dans les colonnes du JDD à un allègement des mesures sanitaires actuellement en vigueur à l'école. Il juge que le protocole est trop lourd vis-à-vis du risque de contamination effectif chez les enfants et souhaite un retour à la normal pour les temps hors-classe.

"Laissez les gens vivre", tel est l'appel du professeur Delfraissy dans les colonnes du Journal du dimanche. Le président du Conseil scientifique, chargé d'éclairer le gouvernement sur la gestion du coronavirus juge qu'il est désormais temps d’accélérer le déconfinement et d'assouplir les protocoles sanitaires, et notamment dans les écoles. Il estime qu’il est temps que les enfants puissent s’amuser, manger et faire du sport normalement.

Allègement des règles sanitaires hors-classe

Jean-François Delfraissy pense ainsi que l'on peut alléger le protocole sanitaire dans les établissements scolaires, mais uniquement pour le temps passé en dehors des classes : les repas, la récréation ou le sport par exemple. Les distances et les gestes barrières resteraient maintenus dans les salles de classe.

Une volte-face qui peut sembler brutale et étonnante de la part de celui qui prônait le respect le plus strict de ces mesures lors du confinement. Toutefois ce protocole, pour les écoles "a été construit fin avril, en fonction des connaissances qu'on avait sur le virus à l'époque", rappelle Jean-François Delfraissy. Or, on sait désormais que les enfants sont moins porteurs du virus qu'on ne le pensait, et "que le plus souvent ce sont les adultes qui les contaminent et non l'inverse".

Un assouplissement prévu pour septembre

Alléger un peu les contraintes, avant la fin de l'année scolaire, ce serait une bonne chose juge Laurent Hoefman, président du Syndicat national des écoles. "Moi, j'irais même au-delà. Il faudrait l'alléger dans tous les sens du terme, y compris en temps de classe, retourner vraiment à la normale le plus possible", commente-t-il. "De toute façon, ce qu'on remarque c'est que les enfants, dès qu'ils sont à l'extérieur de l'école, ils ont repris des habitudes de se côtoyer sans forcément maintenir la distanciation qui est mise en place à l'école".

Les parents d'élèves, eux, restent plus mesurés. Rodrigo Arenas, président de la FCPE dit ainsi faire confiance au Conseil scientifique dit mais attend surtout de voir comment le gouvernement traduirait dans les faits ces nouvelles recommandations. "Ce qui est sûr c'est que le protocole actuel ne permet pas d'accueillir tous les enfants et nous ce que nous réclamons c'est que tous les enfants puissent être accueillis parce qu'ils ont tous besoin de se re-sociabiliser". Or, pour l'instant le Conseil scientifique travaille surtout à un allègement pour la rentrée de septembre.

Europe 1
Par Théo Maneval édité par Guilhem Dedoyard