Covid : 43.892 morts en France, le ralentissement se confirme

, modifié à
  • A
  • A
Ce vendredi, la France compte 43.892 morts.
Ce vendredi, la France compte 43.892 morts. © Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :
Vendredi, le dernier bilan du coronavirus en France fait état de 43.892 morts, mais le nombre de patients en réanimation se stabilise, avec seulement 4 nouveaux cas graves dans ces services depuis le dernier pointage. L'exécutif veut reporter les élections régionales et départementales en juin prochain.
L'ESSENTIEL

Alors que l'exécutif veut repousser de trois mois les élections régionales et départementales en juin prochain, les règles du confinement restent "inchangées" durant au moins 15 jours. Le Premier ministre Jean Castex a déclaré qu'il "serait irresponsable de lever et même d'alléger le dispositif", tandis que les commerçants espéraient une réouverture. Par ailleurs, le Conseil constitutionnel a validé la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021.

Les informations à retenir 

  • La France compte 43.892 morts du coronavirus, réanimations et hospitalisations se stabilisent
  • Statu quo sur les mesures de confinement en France, mais un "horizon" au 1er décembre pour les commerçants
  • Castex va demander le report des élections régionales et départementales en juin
  • Le Conseil constitutionnel a validé la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021

Le ralentissement de l'épidémie se confirme

Selon les chiffres publiés par le gouvernement, 43.892 personnes sont mortes du coronavirus, soit 932 de plus en 24 heures. Mais le nombre de cas grave en réanimation se stabilise sur les dernières 24 heures à 4.903, soit 4 patients de plus depuis le dernier pointage. Un ralentissement qui se confirme également dans les admissions à l'hôpital, puisqu'on dénombre 32.707 hospitalisations ce vendredi, soit 24 de plus par rapport à la veille. 

Lors de son point d'étape sur le reconfinement, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que "nous comptons ces derniers jours une hospitalisation toutes les 30 secondes et une admission en réanimation toutes les 3 minutes". 

Une étude américaine de l'université de Stanford apporte quelques précieuses informations sur les lieux de contamination. Sans surprise, les endroits clos et mal aérés représentent le plus de risques pour les visiteurs. Mais ce n'est pas le seul enseignement de cette enquête, dont nous vous détaillons les éléments les plus saillants dans cet article.

Vers un report des élections régionales et départementales

Face aux incertitudes liées à la crise sanitaire, l'exécutif va proposer au Parlement le report des élections régionales et départementales de mars à juin 2021, comme préconisé dans un rapport remis vendredi par l'ancien président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré.

"Après avoir saisi les partis politiques et les groupes parlementaires du scénario proposé", le Premier ministre Jean Castex "déposera au Parlement dans les toutes prochaines semaines un projet de loi proposant ce nouveau calendrier électoral et les conditions d'organisation de ces scrutins, sur la base des propositions" de Jean-Louis Debré, a indiqué Matignon dans un communiqué.

État d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février

Le Conseil constitutionnel a validé la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 févrierapprouvé il y a une semaine par le Parlement et qui avait donné lieu à des débats tendus entre la majorité et les oppositions. "Les sages" ont estimé "qu'il n'y avait pas lieu de remettre en cause l'appréciation du législateur selon laquelle, d'une part, l'épidémie de Covid-19 se répand à une vitesse élevée contribuant (...) à un état de catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population et selon laquelle, d'autre part, cet état devrait perdurer au moins durant les quatre mois à venir". 

Pas d'allégement, pour deux semaines au moins

Statu quo sur le confinement en France. Jeudi lors de son premier bilan d'étape, le Premier ministre Jean Castex a annoncé "le maintien inchangé des règles du confinement au moins pour les 15 prochains jours". "Il serait irresponsable de lever et même d'alléger le dispositif" de confinement pour l'instant, assure le chef du gouvernement, pointant la fragilité des chiffres de baisse du nombre de cas positifs. 

L'exécutif espère un "nouvel allégement" au moment des vacances de Noël mais prévient déjà : si l'objectif est que les Français puissent passer "les fêtes de fin d'année en famille", il ne sera pas "raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes". De plus une attestation pour se déplacer sera toujours nécessaire au-delà du 1er décembre, même en cas d'amélioration des indicateurs de l'épidémie. 

L'espoir du 1er décembre pour les commerçants

Le Premier ministre a indiqué que des "premières mesures d'allégement" du reconfinement pourraient intervenir au 1er décembre si la situation sanitaire s'améliore mais elles seraient "strictement limitées aux commerces que nous avons dû fermer". "Leur réouverture ne pourrait s'envisager que sur la base d'un protocole renforcé" et cette première étape "ne pourra cependant pas concerner d'autres établissements recevant du public ou les risques de contamination sont par nature plus élevés, comme par exemple les bars, les restaurants et les salles de sport", a-t-il ajouté.

Un coup dur pour les commerçants qui espéraient une réouverture. "On ne tiendra pas jusqu'en janvier", s'inquiète par exemple Olivier, restaurateur, au micro d'Europe 1. Découvrez ici notre reportage complet. Invité d'Europe 1, l'ancien ministre de l'Economie et du redressement productif Arnaud Montebourg a dénoncé une "décision arbitraire de hauts fonctionnaires tout-puissants".

L'école touchée par la seconde vague ?

C'est l'un des enseignements du point de situation du ministère de l'Éducation nationale, vendredi : le nombre de cas de Covid-19 a plus que quadruplé à l'école en une semaine. Selon ce dernier point, on observe un cumul sur sept jours de 12 487 élèves, collégiens et lycéens officiellement touchés par le coronavirus (soit 0,10% des élèves). Ce nombre était de 3.528 élèves au vendredi 6 novembre. Chez les personnels, le cumul hebdomadaire s'élève à 2.223 cas positifs, soit 0,19% du nombre total de personnels.

Une greffe des poumons sur un patient Covid, une première en France

Un patient hospitalisé au CHU de Lille, qui avait passé plusieurs semaines dans le coma, a bénéficié d'une greffe pulmonaire à l'hôpital Foch de Suresnes. Le chirurgien thoracique chargé du programme de transplantation pulmonaire revient ci-dessous au micro d'Europe 1 sur cette opération "très lourde".

Une commémoration des attentats en petit comité

La mairie de Paris annonce des commémorations en comité restreint, cinq ans après les attentats de Paris et de Saint-Denis, survenus le 13 novembre 2015, faisant 130 morts et 350 blessés. 

Ce vendredi, le Premier ministre, Jean Castex, la maire de Paris Anne Hidalgo et le maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin seront accompagnés lors des cérémonies par deux présidents d'association de familles des victimes, qui représenteront ces dernières. Elles devraient se dérouler à partir de 9h45. La Tour Eiffel s'éteindra à 20 heures puis scintillera toutes les heures en hommage. 

Nouvelles restrictions aux États-Unis 

Alors que le nombre de malades hospitalisés est à son plus haut aux États-Unis, de nouvelles restrictions commencent à être décrétées au niveau local, en l'absence de consignes du gouvernement fédéral de Donald Trump. Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a annoncé que tout établissement autorisé à vendre de l'alcool, y compris les bars et les restaurants, devrait fermer à 22 heures.

La maire de Chicago, troisième ville la plus peuplée des États-Unis, a appelé ses 2,7 millions d'habitants à rester chez eux sauf pour des déplacements essentiels, dont le travail et l'école, à partir de lundi, mais sans que cette mesure soit coercitive.

Près de 1,3 million de morts

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 1.294.539 morts dans le monde depuis décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi matin. Plus de 52.775.840 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. Sur la seule journée de jeudi, 9.921 nouveaux décès et 608.625 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. 

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 242.435 décès pour 10.555.469 cas recensés devant le Brésil (164.281 morts), l'Inde (128.668 morts), le Mexique (97.056 morts), et le Royaume-Uni (50.928 morts).